•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La petite-fille de Bob Marley a des sentiments partagés sur la légalisation du cannabis

Donisha Prendergast, la petite-fille de Bob Marley
Donisha Prendergast, la petite-fille de Bob Marley Photo: Instagram
Radio-Canada

Des membres de la communauté rastafari envisagent la légalisation prochaine du cannabis avec un optimisme prudent, et pensent à ceux qui ont longtemps souffert alors que la marijuana était illégale.

Le cannabis a des fins récréatives sera légal le 17 octobre, mais pendant de nombreuses années les rastas ont dû vivre avec le fait que cet aspect sacré de leur tradition était illégal.

La petite-fille du célèbre musicien, Bob Marley, Donisha Prendergast, est une rastafari pratiquante, une activiste sociale, une actrice et une cinéaste qui vit à Toronto.

Elle a confié avoir des sentiments partagés sur la légalisation du cannabis. Elle espère notamment que ça aidera à faire progresser l’humanité et pas seulement à remplir les comptes en banques d'individus.

D’un côté c‘est bien parce que les gens ne seront plus emprisonnés pour quelque chose comme ça, a-t-elle dit en entrevue à CBC Toronto. Donisha Prendergast craint cependant que certaines choses soient oubliées.

Je pense que de nombreuses personnes vont être heureuses et oublier ce qu’il a fallu faire pour en arriver là.

Donisha Prendergast

Combien d’enfants ont été retirés de leur maison et placés en famille d’accueil en raison d’incidents liés à la ganja? Quelles sont les politiques qui ont été écrites pour préparer la guérison qui doit avoir lieu? Est-ce qu’il y en a? a-t-elle aussi demandé.

Nous parlons souvent d’hommes noirs étant les premières victimes parce qu’ils ont été le visage de la ganja lorsque c’était criminel et vendu à la société comme une drogue, a aussi affirmé Donisha Prendergast.

Maintenant que c’est présenté comme récréatif et médical, vous avez des hommes blancs âgés, d’anciens policiers […] qui sont le visage du cannabis légal, a-t-elle ajouté.

Elle a dit ne pas avoir prévu de célébration le 17 octobre, d'autant qu'en Jamaïque, on célèbre la Journée nationale des héros et que c'est aussi l’anniversaire de son oncle, Ziggy Marley.

La vérité c'est que ça ne me touche pas moi ou ma communauté d’une façon qui nous encourage à vraiment célébrer.

Donisha Prendergast

George Metropoulos, un rasta pratiquant et fondateur de The Blessed Herbs Cafe et de l’église du Mount Zion Rastafarian, a aussi dit avoir des sentiments partagés sur la légalisation du cannabis.

George MetropoulosGeorge Metropoulos Photo : Photo fournie

George Metropoulos a ajouté que son église à Etobicoke, dans l’ouest de Toronto, était un centre offrant du réconfort et de l’aide avec de la marijuana médicale, nutritive et spirituelle. Il s'agissait aussi d'un endroit de paix intérieure dans la tradition rasta, selon lui.

Pour moi en tant que rastafari, tout ce par quoi je suis passé au cours des six, sept derniers mois, avec les tribunaux et la police, la façon dont ils s’en sont pris à moi comme à un gros élément criminel et tout ce que j’ai perdu en termes d’argent, d’amis, de mon église et de mon café. Je ne me sens pas très bien par rapport à ça, a-t-il expliqué. Mon église a été fouillée et ils ont complètement saccagé l’endroit. Je suis encore un peu amer par rapport à ça, mais en même temps je suis heureux de voir que le gouvernement a retrouvé ses esprits sur la question du cannabis.

Je viens de payer des milliers de dollars en amendes et dans une semaine ça va être légal. Est-ce qu’ils vont effacer mes accusations criminelles maintenant? a-t-il demandé en entrevue à CBC.

En tant que rasta, je suis heureux de voir [la légalisation], mais en même temps ça ne va pas être légal à des fins religieuses. C’était pourtant ce que j’espérais, a ajouté George Metropoulos

Avec les informations de CBC

Drogues et stupéfiants

Société