•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pape François défroque deux évêques chiliens accusés d'abus sexuels

Le pape François a rencontré le président chilien Sebastián Piñera au Vatican samedi.
Le pape François a rencontré le président chilien Sebastián Piñera au Vatican samedi. Photo: Reuters / Alessandro Bianchi
Radio-Canada

Le pape François a défroqué deux évêques chiliens accusés d'abus sexuels sur des mineurs, au moment où l'Église catholique est plongée dans un scandale sans précédent dans ce pays d'Amérique du Sud et au niveau mondial.

Les deux évêques concernés sont l'archevêque émérite de La Serena, Francisco José Cox Huneeus, et celui d'Iquique, Marco Antonio Órdenes Fernández.

La décision est définitive et sans appel, a précisé le Vatican samedi. Elle remonte à jeudi, mais elle a été annoncée samedi, jour de la visite du président chilien Sebastian Piñera au pape argentin.

« Nous avons une très bonne et très franche discussion avec le pape François. Nous avons discuté de la situation difficile que vit en ce moment l'Église au Chili », a déclaré M. Piñera au terme de cette rencontre qui a duré plus d'une demi-heure.

« Nous avons partagé l'espoir que l'Église puisse vivre une vraie renaissance et récupérer la tendresse et la proximité du peuple de Dieu », a-t-il ajouté.

Le « défrocage » d'un prêtre est la sanction la plus sévère prévue par l'Église catholique contre un membre du clergé.

François avait déjà défroqué le mois dernier Fernando Karadima, un prêtre de 88 ans accusé d'avoir abusé d'adolescents pendant des années et au centre du scandale que traverse l'Église chilienne.

Il a aussi accepté la démission d'une dizaine d'autres évêques chiliens. En mai, les 34 évêques du pays avaient proposé de démissionner collectivement après une réunion de crise sur cette affaire au Vatican.

Le pape, qui peine à circonscrire ce scandale qui s'étend notamment aux États-Unis, a annoncé en septembre qu'il réunirait en février prochain les présidents des conférences épiscopales du monde entier pour étudier les moyens de protéger les enfants et les adultes vulnérables contre les agressions sexuelles.

Avec les informations de Reuters, et AFP

International