•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jim Watson s’engage à aider les centres d’injection supervisée si l’Ontario cesse de les financer

Un toxicomane se prépare à s'injecter de l'héroïne avec une seringue.
Ottawa compte quatre centres d'injection supervisée. Photo: La Presse canadienne / Darryl Dyck
CBC

Si le gouvernement de l'Ontario devait couper les vivres aux centres d'injection supervisée d'Ottawa, la Ville devra continuer « d'aider les résidents les plus vulnérables dans notre communauté », a assuré le maire sortant Jim Watson. Ce dernier ne s'est toutefois pas engagé à financer les centres.

Il n’a pas confirmé qu’il dédierait des fonds municipaux pour soutenir les centres d’injection, même s’il a affirmé au Ottawa Citizen qu’il faudrait trouver des sommes dans nos budgets après avoir épuisé l’aide offerte par le fédéral.

Si la province met fin à son financement et que Santé Canada n’intervient pas, la Ville devra voir comment maintenir certains de ces importants services.

Passage d'un courriel du maire sortant d'Ottawa, Jim Watson

Les propos de M. Watson marquent une rupture avec ses prises de position passée sur les centres d’injection supervisée. Il préconisait alors qu’une petite partie des ressources en santé publique soient allouées à la réhabilitation.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections municipales en Ontario

M. Watson a changé son fusil d’épaule au courant de la campagne, en reconnaissant que l’ouverture des centres avait permis de stabiliser la crise des opioïdes à Ottawa.

La capitale fédérale compte quatre centres d’injection supervisée : deux dans les centres de santé communautaire de Côte-de-Sable et Somerset-West, un près du refuge des Bergers de l’espoir et un autre dans les locaux de Santé publique Ottawa.

Le service d’injection situé dans Côte-de-Sable coûte 900 000 $ par année à exploiter.

L'édifice est situé rue Nelson, près d'une artère principale du centre-ville, la rue Rideau.Le centre de santé communautaire Côte-de-Sable à Ottawa. Photo : Radio-Canada / Andrew Lee

La province revoit son financement

Le gouvernement ontarien a temporairement gelé le financement pour de nouveaux centres d’injection supervisée, puisqu’il examine la possibilité de continuer ou non de financer les initiatives existantes.

Le principal rival de Jim Watson, Clive Doucet, a indiqué dans un sondage proposé par CBC, qu’il souhaite que la Ville dépense pour soutenir les programmes d’injection supervisée si la province mettait un terme à son financement.

Au moment où le questionnaire a été acheminé aux candidats, M. Watson a écrit qu’il croyait que les paliers de gouvernement supérieur devraient financer les centres.

Ottawa-Gatineau

Drogues et stupéfiants