•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès insuffisant pour les personnes en fauteuil roulant en Nouvelle-Écosse

Un homme en fauteuil roulant ouvre la porte d'un commerce

Paul Vienneau aimerait que les restaurants soient plus facilement accessible en fauteuil roulant.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Radio-Canada

Les personnes en fauteuil roulant en Nouvelle-Écosse sont victimes de discrimination parce que de nombreux restaurants ne leur offrent pas l'accès'. C'est ce qu'a conclu le Conseil des droits de la personne, après l'examen d'une plainte présentée par quelques personnes en juin dernier.

Paul Vienneau connaît bien la frustration d'avoir un accès limité dans des lieux publics. Il se déplace en fauteuil roulant depuis qu'il a perdu l'usage de ses jambes à l'âge de 22 ans, après avoir été renversé par un camion.

Ses mains frôlent les roues de son fauteuil roulant à longueur de journée. Il est donc important pour lui de se laver les mains fréquemment pour éviter d'attraper des virus. C'est cependant très difficile d'y arriver lorsqu'aucun accès aux toilettes n'est prévu pour les fauteuils roulants. Cela devient un enjeu de santé publique.

Un homme en fauteuil roulant se lave les mains dans la salle de toilette étroite d'un caféAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Paul Vienneau doit se laver les mains fréquemment, une tâche pas toujours facile dans certains lieux publics.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Une décision acceptée par la province

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a fait savoir qu'il ne fera pas appel de la décision de la Commission des droits de la personne. La province va donc obliger les restaurateurs d'avoir des salles de toilettes accessibles aux fauteuils roulants.

Paul Vienneau s'en réjouit. Par contre, il s'impatiente devant le peu d'information sur le moment où l'accessibilité deviendra réalité. La province en dit peu sur son échéancier, se bornant à dire que son plan d'action sera déployé dans un délai raisonnable.

Chez les restaurateurs, c'est plutôt l'inquiétude qui plane. Leur association souligne que la marge de profit n'est pas très élevée dans cette industrie. Les réaménagements nécessaires risquent de pousser à bout certains commerce.

De plus, bon nombre de restaurateurs sont locataires et n'ont pas la liberté de réaménager l'espace qu'ils louent.

La Nouvelle-Écosse a récemment présenté un plan stratégique pour rendre tous les commerces accessibles aux personnes ayant un handicap d'ici 2030.

D'après un reportage de Stéphanie Blanchet

Nouvelle-Écosse

Droits et libertés