•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont Louise, impôts fonciers, entreprises : survol de la campagne à Winnipeg

Les trois candidats derrière des lutrins, dans un studio de télévision.
Brian Bowman, Jenny Motkaluk et Tim Diack, trois des huit candidats à la mairie de Winnipeg, lors d'un débat organisé par CBC jeudi. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Il reste un peu plus de 10 jours de campagne municipale à Winnipeg, et cette semaine encore, les huit candidats à la mairie ont parlé d'enjeux variés. Réfection du pont Louise, réforme de l'impôt foncier, ou encore services aux petites entreprises. Aperçu des dernières annonces.

Un texte de Camille Gris Roy

La candidate Jenny Motkaluk avait convié la presse au pied du pont Louise pour démarrer la semaine. Cette structure « est en décrépitude », dit-elle, et son remplacement sera l'une de ses deux priorités pour des projets d'infrastructure si elle est élue. La deuxième : la prolongation du chemin Chief Peguis.

Elle souhaite voir un pont à quatre voies, qui comprendrait également une piste cyclable et piétonnière, mais pas de corridor rapide d'autobus.

Lors de cette annonce, la candidate était accompagnée du conseiller sortant d'Elmwood-Kildonan Est, Jason Schreyer, qui déclare avoir déjà voté pour elle, car c'est la candidate qui représente le plus ses idées.

Jenny Motkaluk derrière un podium installé sur une étendue d'herbe, derrière elle, Jason Schreyer l'écoute. En arrière-plan, le pont Louise.La candidate à la mairie de Winnipeg Jenny Motkaluk a reçu le soutien du conseiller municipal sortant Jason Schreyer. Photo : Radio-Canada / Camille Gris Roy

Jenny Motkaluk, plus à droite politiquement, avait déjà reçu le soutien d’un autre conseiller sortant, Jeff Browaty, également identifié à la droite. Cet appui de Jason Scheyer qui, lui, est affilié à la gauche prouve qu’il est possible de mettre de côté l’idéologie pour travailler ensemble à Winnipeg, estime la candidate.

Impôts fonciers

Jenny Motkaluk a aussi parlé d'impôts fonciers, proposant de réformer la façon dont les augmentations sont calculées. Elle promet une augmentation annuelle, fixe, de 1,16 % pour chaque propriété, quelle qu'en soit l'évaluation. Cette mesure se ferait notamment par un système de rabais et permettrait plus de stabilité, souligne-t-elle.

En ce moment à Winnipeg, le taux d'augmentation des impôts fonciers est plutôt établi de façon globale et peut donc fluctuer à la hausse ou à la baisse d'un propriétaire à l'autre.

Jenny Motkaluk indique toutefois qu'elle garderait le système actuel de calcul pour les propriétés commerciales et industrielles.

Brian Bowman debout derrière un lutrin avec un micro. Derrière lui, une bannière avec le logo du centre des congrès de Winnipeg.Brian Bowman veut attirer davantage d'investisseurs à Winnipeg. Photo : Radio-Canada

Le maire sortant, Brian Bowman, lui, a déjà annoncé qu'il augmenterait les impôts fonciers de 2,33 % chaque année s'il est réélu, comme lors de son premier mandat. Il se demande si la réforme proposée par son adversaire est possible sur le plan technique.

Le candidat Tim Diack a aussi dévoilé ses intentions sur le plan de la taxation. Il promet d’augmenter les impôts fonciers de 1,2 % la première année d’un mandat, suivi d’un gel puis d’une réduction les années suivantes.

Aider les entreprises

Brian Bowman, par ailleurs, souhaite encourager les entreprises et attirer de nouveaux investissements à Winnipeg. Il propose d'établir une liste des 10 règlements municipaux qui devraient être mis à jour ou abandonnés pour améliorer la vie des commerçants et note qu'il consultera directement les entreprises à ce propos.

Il a aussi rappelé sa promesse d’éliminer progressivement l’impôt sur les entreprises, mais ne précise pas quand cela serait réalisé.

Manitoba

Élections municipales