•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un étudiant accusé d'agression sexuelle se retire de l'Université Saint-François-Xavier

L'Université Saint-Francis-Xavier, à Antigonish en Nouvelle-Écosse.
L'Université Saint-Francis-Xavier, à Antigonish en Nouvelle-Écosse. Photo: Radio-Canada / Elizabeth McMillan/CBC
Radio-Canada

Un étudiant de l'Université Saint-François-Xavier accusé d'agression sexuelle s'est retiré du campus, après que l'institution a reconnu qu'il poursuivait ses études malgré une plainte portée contre lui.

L'université a dû s'expliquer après la publication d'un reportage de La Presse canadienne, qui révélait que la présumée victime avait eu la surprise de revoir l'individu sur le campus, le mois dernier. La direction avait décidé d'annuler la suspension de l'agresseur allégué pour la prochaine année universitaire, lorsqu'il a fait appel de la décision. La plaignante n'avait pas été avertie.

Le recteur de l'institution d'Antigonish a présenté des excuses pour sa gestion de cette affaire. Après avoir bien réfléchi et demandé conseil, Kent MacDonald dit en être arrivé à la conclusion que l'étudiant devait se retirer du campus.

Kent MacDonald devant un lutrin.Kent MacDonald, président de l'Université Saint-François-Xavier, à Antigonish en Nouvelle-Écosse. Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

L'université reverra aussi les termes du code de conduite pour s'assurer qu'il est bien aligné avec la nouvelle politique sur la violence sexuelle.

L'histoire a été évoquée mardi devant l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse. Le ministre de l’Éducation supérieure, Labi Kousoulis, s’est dit déçu et il a ajouté qu'il était en contact avec l'administration de l'université.

L'incident présumé se serait produit en novembre 2017. Le nom de la plaignante, une femme de la région de Toronto, fait l'objet d'un interdit de publication. Elle a depuis quitté l'université.

Des documents judiciaires indiquent que le suspect a été accusé d’agression sexuelle le printemps dernier. Son enquête préliminaire doit débuter le 29 novembre.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Crime sexuel