•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un adolescent plaide coupable de viol à 12 ans

Une balance est posé sur la table d'une salle de conférence.
Un adolescent de la région de Québec qui venait tout juste d'avoir 12 ans a agressé sexuellement une fillette de sa famille, âgée de 4 ans. Photo: iStock
Radio-Canada

Un adolescent de la région de Québec qui venait tout juste d'avoir 12 ans a agressé sexuellement une fillette de sa famille, âgée de 4 ans.

Un texte de Yannick Bergeron

La procureur de la poursuite a fait le récit de l'événement qui a conduit le frêle garçon devant le tribunal de la jeunesse, ce matin, au palais de justice de Québec.

En septembre 2017, le père de l'adolescent et ses deux fillettes se couchent pour une sieste d'après-midi.

Lorsque le père se réveille, une des fillettes, âgée de 4 ans, est déjà éveillée.

Elle se plaint de douleurs aux fesses.

Elle raconte, dans ses mots d'enfant, que l'adolescent est venu la chercher pour l'emmener dans la salle de bain du sous-sol, où il y a eu une relation vaginale et anale.

Le père a avisé la police et son fils a avoué les faits aux enquêteurs.

S'il avait commis son crime deux mois plus tôt, le garçon aurait échappé à des accusations puisqu'il avait alors 11 ans.

L'âge minimum pour entreprendre des poursuites criminelles au Canada est de 12 ans.

Vendredi matin, c'est sans montrer le moindre signe d'émotion que l'adolescent a plaidé coupable, alors que sa mère essuyait ses larmes dans la salle d'audience.

Son père était également présent.

Évaluation sexologique

Le juge Louis Charette a ordonné à l'agresseur de se soumettre à une évaluation sexologique.

Ce rapport aidera le tribunal à déterminer la peine à lui imposer.

L'adolescent reviendra devant la Chambre de la jeunesse le 4 janvier pour l'audition sur la détermination de sa peine.

Il a quitté la salle d'audience en compagnie d'un responsable du Centre jeunesse de Québec, où il séjourne actuellement.

La Direction de la protection de la jeunesse est également intervenue dans le dossier.

Québec

Justice