•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment fonctionneront les magasins de la Société québécoise du cannabis?

Les explications de Davide Gentile.
Radio-Canada

Dans moins de 24 heures, les premières boutiques de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ouvriront leurs portes. Si les succursales de la SQDC impressionnent par la grandeur de leur surface de vente, l'encadrement des transactions sera tout de même très contrôlé.

Un texte de Frédéric Arnould

Avec leur apparence sobre et dépouillée, ces magasins consacreront les trois quarts de leur superficie totale de 185 mètres carrés à la vente et à l'accueil.

La façade des points de vente ne permettra pas aux passants d'apercevoir les produits en vente à l'intérieur.

Un gardien de sécurité sera responsable de vérifier l'âge des clients. Pour les moins de 18 ans, il ne sera pas question d'entrer.

Une fois ce contrôle effectué, les clients auront accès à des bornes interactives dotées d'écrans tactiles leur permettant de parcourir l'ensemble des produits offerts (sativa, indica et hybride), leur prix et leurs différences.

L'écran d'une borne interactive.Les clients auront accès à des bornes interactives leur permettant de parcourir les produits offerts, leurs caractéristiques et leur prix. Photo : Radio-Canada / Frédéric Arnould

Ce sera sensiblement la même interface que sur le site Internet de la SQDC, où vous pourrez commander les mêmes produits à partir de votre ordinateur, tablette ou téléphone intelligent.

Alain Brunet, responsable de la mise en œuvre de la SQDC, estime que les ventes en ligne pourraient représenter 30 % du total des ventes du monopole d'État.

Outre la sécurité à l'accueil, les succursales disposeront d'un entreposage climatisé et grillagé dans lequel seront stockées les quantités disponibles de cannabis pour la clientèle.

Jusqu'à 150 variétés

Dans des étalages de mélamine au fini de bois naturel se trouveront jusqu'à 150 différentes variétés de cannabis et quelques produits connexes.

Les conseillers de la SQDC pourront vous renseigner sur les différentes propriétés des variétés disponibles.

En plus de la marijuana séchée, les clients de la SQDC pourront aussi acheter de l'huile de cannabis et des joints déjà roulés.

Tous les prix des produits seront indiqués très clairement sur de grands écrans situés en face des caisses où vous pourrez régler vos achats.

Un écran affichant des prix.Le prix et l'intensité de chacune des variétés disponibles seront indiqués sur de grands écrans. Photo : Radio-Canada / Frédéric Arnould

Tous les employés de la SQDC que vous rencontrerez auront suivi une formation plutôt exhaustive sur la loi en vigueur, l'origine du cannabis, ses effets et ses risques pour la santé.

Ils devront conseiller la clientèle en respectant une approche éthique. Pas question de pousser à la consommation.

Évidemment, aucun client ne pourra acheter plus que la limite de possession personnelle permise par la loi, soit 30 grammes par visite en magasin ou par commande sur Internet.

Une fois décidés, les clients paieront leur dû et recevront leurs produits emballés et timbrés afin d'assurer la traçabilité de la drogue.

Ne sortez pas votre carte Inspire comme à la SAQ, puisqu'il n'y aura aucun rabais lié à la quantité achetée ni autre programme de fidélisation.

Drogues et stupéfiants

Société