•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tests de qualité de l’air plus « approfondis » aux Terrasses de la Chaudière

Problèmes de qualité de l'air aux Terrasses de la Chaudière
Radio-Canada

Radio-Canada a appris que l'entreprise responsable de l'entretien des Terrasses de la Chaudière mènera d'autres tests et s'appuiera sur une nouvelle méthode d'évaluation, de pair avec Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), pour identifier les causes des problèmes de qualité de l'air dans le complexe du secteur de Hull.

Brookfield Global Integrated Solutions (BGIS) est responsable de l’entretien des édifices des Terrasses de la Chaudière et SPAC en est le propriétaire.

BGIS a fait parvenir un document à tous les occupants du complexe jeudi, après la publication d’un article de Radio-Canada révélant des problèmes sérieux de qualité de l’air, notamment aux 6e et 19e étages respectivement des établissements des rues Eddy et Wellington.

Photo de la lettre envoyée à tous les occupants des Terrasses de la Chaudière relativement aux problèmes de qualité de l'air.Bien qu'elle soit datée du 9 octobre, la lettre a seulement été envoyée le 11 octobre, après la publication de l'article de Radio-Canada sur les problèmes de qualité de l'air aux Terrasses de la Chaudière. Photo : Capture d'écran

Radio-Canada a entre autres révélé que le ministère Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord enfreint le Code canadien du travail en matière de qualité de l’air.

Certains employés qui travaillent aux Terrasses de la Chaudière ont également admis ressentir des symptômes physiques relativement à leur environnement de travail.

Dans le document obtenu par Radio-Canada, SPAC et BGIS affirment travailler à une autre méthode d’évaluation de la qualité de l’air. Ils soutiennent qu'ils développent conjointement un protocole de test plus approfondi pour identifier tout problème potentiel qui n’aurait pas été révélé par l’échantillonnage annuel.

Moisissure au bord d'une fenêtre d'un édifice des Terrasses de la ChaudièreDes employés du complexe des Terrasses de la Chaudière sont inquiets de voir circuler des photos de moississures, prises dans leurs édifices. Photo : Courtoisie/Employé ministère Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord

Ils [SPAC et BGIS] collaborent donc étroitement avec [l’]organisation de soutien aux installations afin d’identifier et de résoudre ces problèmes, peut-on lire dans la lettre.

Dans la même lettre, paraphée par BGIS et intitulée Qualité de l’air intérieur, on rappelle que l’air est testé sur une base semestrielle.

L’entreprise ajoute cependant que malgré l'échantillonnage semestriel et les résultats acceptables [...] nous reconnaissons que les préoccupations et l'inconfort des occupants perdurent.

Des déjections de chauves-souris persistantes

À la suite de la diffusion de notre reportage, Radio-Canada a obtenu des photos qui auraient été prises par des employés du ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.

Ces images semblent illustrer des excréments de chauves-souris et auraient été captées au 6e étage du 25 rue Eddy afin de documenter la plainte officielle acheminée au ministère du Travail.

Un échange de courriels consulté par Radio-Canada révèle qu’une employée a documenté et signalé la présence de déjections de chauves-souris aux responsables de l’édifice.

Des excréments présumément de chauve-sourisDes excréments présumément de chauve-souris, pris en photo au 6e étage du complexe situé sur la rue Eddy. Photo : Courtoisie/Employé ministère Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord

Cependant, les selles n’auraient pas été nettoyées et se trouvaient toujours au même endroit trois semaines plus tard, toujours selon la correspondance.

Comment pouvez-vous expliquer que les mêmes excréments de chauves-souris se trouvent exactement au même endroit aujourd'hui? Trois semaines se sont écoulées!

Employée, Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord

Le ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord (RCAANC) a indiqué par courriel, vendredi soir, qu’il compte s’assurer qu’il y aura des inspections journalières du fournisseur antiparasitaire de BGIS pendant la saison des chauves-souris (mai à octobre).

Le ministère a aussi mandaté un spécialiste qui effectuera une inspection complète de l’étage afin de vérifier les fientes de chauve-souris. Le spécialiste remédiera immédiatement à la situation en suivant le code applicable.

L’aspirateur sera aussi passé trois fois par semaine au lieu d’une, a assuré le ministère, qui s'est donné comme échéance le 15 novembre pour atteindre ses objectifs en la matière.

Le gouvernement fédéral à blâmer?

Ce n’est qu’un autre exemple de l’incapacité du gouvernement actuel à régler un problème créé par le gouvernement précédent [gouvernement de Stephen Harper], affirme Kevin King, président national du Syndicat des employées et employés nationaux.

[Les locaux de travail] sont surpeuplés et le concept ­'' workplace 2.0 '' est un désastre, ça ne fonctionne pas.

Kevin King, président national du Syndicat des employées et employés fédéraux

M. King se dit peu surpris des révélations récentes. Il estime que les problèmes de surpopulation dans les édifices gouvernementaux se perpétuent d’une élection fédérale à l'autre.

Ce dernier croit par ailleurs que l’état actuel des lieux met en danger la santé des gens qui y travaillent. Je crois que tout le monde, y compris l’employeur, devrait s’enquérir de la situation, afin qu’on offre aux Canadiens un milieu de travail sain, qui encourage la productivité.

« Nous allons aller au fond des choses »

La santé et la sécurité, c’est non négociable, affirme de son côté Steven MacKinnon, secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et Approvisionnement Canada.

Le député libéral fédéral de Gatineau est lui aussi d’avis que les problèmes de qualité de l’air sont un legs du gouvernement précédent. Au fil des ans, le gouvernement du Canada n'a pas investi suffisamment dans ses infrastructures de toutes sortes, notamment ses immeubles et milieux de travail.

Steven MacKinnon répond aux questions d'une journaliste sur la colline du Parlement à Ottawa.Le Secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l'Accessibilité et député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon. Photo : Radio-Canada

On va collaborer avec le ministère en question à développer un plan d'action pour l'étage en question [19e et] nous allons continuer d'aller au fond des choses pour identifier des sources possibles de problèmes, de sommer M. MacKinnon, rappelant que les Terrasses de la Chaudière seront bientôt rénovées.

Les divers intervenants impliqués dans le dossier comptent également définir la portée des travaux après s’être entendus sur l’énoncé de travail pour améliorer la situation concernant les modifications au système d’aération qui n’est plus adapté au nombre d’employés en poste, a écrit le RCAANC.

Les partenaires collaborent présentement à développer un plan à moyen terme pour rectifier de façon définitive cette situation, peut-on aussi lire dans le document envoyé à Radio-Canada par le ministère des Relations Couronne-Autochtones.

Le nouveau protocole élaboré par BGIS pourrait comprendre un sondage auprès d’une partie des employés de l’établissement. La distribution de la ventilation, le débit d’air et la fréquence à laquelle on passe l’aspirateur pourraient aussi être revus.

Il n’est cependant pas précisé quand ce nouveau protocole sera mis en place. L’entreprise avance que les nouveaux délais seront connus très prochainement.

Au moment d'écrire ces lignes, BGIS n'a pas répondu aux demandes de Radio-Canada.

Ottawa-Gatineau

Infrastructures