•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fêtes de quartier qui dérangent dans Côte-de-Sable

Des centaines de jeunes font la fête dans une rue d'Ottawa.
Archives : la rue Russell dans le quartier Côte-de-Sable était bondée d'étudiants pour le 50e match Panda entre l'Université d'Ottawa et l'Université Carleton. Photo: Radio-Canada / Dominique Degré
Radio-Canada

Le groupe communautaire Action Côte-de-Sable (ACS) se dit « frustré et déçu » du fait que les autorités ne parviennent pas à maintenir l'ordre dans son quartier lors des matchs Panda et des autres fêtes annuelles dont les débordements exaspèrent les résidents.

Action Côte-de-Sable a demandé à la Ville et aux services policiers d’Ottawa d’expliquer leur position à l’égard des fêtes de quartier qui se déroulent dans le secteur Côte-de-Sable, notamment en marge de la rencontre annuelle qui oppose les joueurs de football de l’Université Carleton à ceux de l’Université d’Ottawa, mais aussi lors de la Saint-Patrick et de la fête du Canada.

Nous avons travaillé pendant des mois avec l’Université d’Ottawa, la Ville et le Service de police d’Ottawa pour nous assurer qu’aucune partie de notre quartier [ne] serait aux prises avec des fêtes dérangeantes et destructrices, a soutenu la présidente du regroupement, Susan Young, par voie de communiqué.

Quelques policiers dispersés dans une rue surveillent des jeunes qui font la fête sur le trottoir à Ottawa.Plusieurs policiers ont été déployés pour surveiller les fêtards, le 29 septembre, à l'occasion du 50e match Panda. Photo : Radio-Canada / Dominique Degré

C'est une publication sur les réseaux sociaux qui a mis la puce à l'oreille des résidents du secteur. Nous savions qu’une fête massive était prévue sur l’avenue Russell le jour du match. Les policiers ne nous ont pas révélé leur stratégie pour maintenir l’ordre, mais ils avaient affirmé qu’il allait y avoir une ''tolérance zéro'', a-t-elle précisé.

Le nombre très élevé de personnes ayant pris d’assaut le quartier lors de cette rencontre a nécessité la fermeture de l’avenue Russell à la circulation, rappelle ACS. Susan Young a affirmé que les gens qui habitent le secteur Côte-de-Sable sont fatigués de voir leurs vies interrompues et leurs biens endommagés.

Par ailleurs, Mme Young a mentionné que le quartier est composé de jeunes familles, de professionnels et de retraités. Il semble que la Ville et les policiers voient Côte-de-Sable comme un quartier étudiant où des comportements répréhensibles sont non seulement tolérés, mais attendus, dit-elle. En permettant ces fêtes, la Ville et les policiers envoient un signal que c’est normal. Or, le regroupement a indiqué qu'il trouve ces rassemblements inacceptables.

Les autorités n'ont pas bien fait leur travail, constate le conseiller Fleury

Pour le conseiller municipal sortant du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, les policiers qui surveillaient le rassemblement dans Côte-de-Sable sont en partie responsables des dommages et des désagréments que dénoncent les résidents du secteur.

La situation qui a dégénéré est inacceptable. On s’attend à d'avantage des organisations de la Ville, incluant la police d'Ottawa et les règlements municipaux.

Mathieu Fleury, conseiller sortant, quartier Rideau-Vanier

Selon le conseiller, les responsables du Service de police d'Ottawa n'ont pas voulu partager la stratégie qu'ils comptaient adopter, soit celle de gérer la foule plutôt que de fermer complètement la rue. C’est vrai qu’ils n’ont pas laissé le rassemblement bloquer la rue, mais ils ont poussé tout le monde sur les propriétés sans nécessairement avoir l'accord des propriétaires, souligne M. Fleury.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Société