•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Concert-bénéfice à Shippagan pour des défibrillateurs dans les écoles primaires

Un défibrillateur près d'un terrain de jeux.
Les écoles secondaires sont toutes dotées de défibrillateurs cardiaques au Nouveau-Brunswick, mais pas toutes les écoles primaires. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un groupe de la Péninsule acadienne mène une campagne pour doter toutes les écoles primaires au Nouveau-Brunswick de défibrillateurs cardiaques.

Ce groupe organise, vendredi soir, le spectacle En choeur pour le coeur à l’École Marie-Esther de Shippagan, dans le but d'amasser des fonds pour cette cause.

Lynn Power est l’une des organisatrices de l’événement. Elle est la mère d’une fillette de 7 ans, Emma, qui souffre d’arythmie cardiaque et qui, avant d’avoir eu son diagnostic, perdait parfois connaissance sans avertissement lorsqu’elle était soumise à un stress.

Photo de la famille Power de Shippagan.Lynn Power et sa famille. Sa petite Emma se trouve au centre. Photo : Lynn Power

Son école, à Shippagan, s’est depuis dotée d’un défibrillateur, mais la partie n’a pas été facile, a expliqué Mme Power en entrevue au Réveil / Nouveau-Brunswick de Radio-Canada Acadie.

J’ai dû appeler le district. Le directeur de l’époque a fait la demande et, après trois semaines, je n’ai pas eu de retour d’appel, personne n’a communiqué avec moi. J’ai rappelé, j’ai laissé des messages, j’ai dû aller voir le député à ce moment-là pour lui dire : "Écoutez, c’est vraiment une question de vie!"

L’École L’Envolée a finalement obtenu son défibrillateur, mais beaucoup d’écoles primaires de la province en sont toujours privées. Les écoles secondaires, elles, sont toutes équipées de cet appareil.

Les malaises cardiaques ne pardonnent pas toujours

Mme Power juge essentiel que tous les établissements scolaires aient accès à un défibrillateur puisque les maladies cardiaques peuvent être présentes, sans toujours avoir été diagnostiquées, chez de plus jeunes enfants.

Souvent, le premier symptôme [...] c’est l’effondrement, c’est l’arrêt cardiaque. Puis, parce qu’il n’y a pas de DEA [défibrillateur externe automatique], il y a seulement 10 % de la population qui font un arrêt cardiaque à l’extérieur des hôpitaux qui survivent, fait-elle remarquer.

Le spectacle de vendredi soir réunira, sur la scène de l’amphithéâtre de l’École Marie-Esther, des artistes bien connus de la Péninsule acadienne, comme Sandra Le Couteur, Maxime McGraw, Joannie Benoit et Nicolas Basque. Il commencera à 20 h.

Nouveau-Brunswick

Santé