•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés en lock-out bloquent l'accès aux cadres de l'ABI

Des agents de la Sûreté du Québec surveillent les activités sur la ligne de piquetage à l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI).
Des agents de la Sûreté du Québec ont surveillé les activités sur la ligne de piquetage, jeudi soir, à l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI). Photo: Radio-Canada / Marilyn Marceau
Radio-Canada

Des employés en lock-out de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) ont à nouveau ralenti le départ des cadres, jeudi soir, en bloquant la route qui donne accès à l'usine.

Des cadres ont dû patienter des heures afin de sortir. Les syndiqués n'ont laissé passer presque personne durant environ trois heures.

Des agents de la Sûreté du Québec (SQ) sont allés parler à des représentants syndicaux et vers 18 h 30, ils ont commencé à laisser passer un véhicule toutes les 10 minutes.

À plusieurs reprises ces derniers jours, les syndiqués ont retardé les allées et venues des cadres qui font fonctionner l'usine.

La Sûreté du Québec affirme se rendre régulièrement sur les lieux depuis le début du conflit pour des interventions ponctuelles, par exemple parce que les syndiqués font des feux dans la ligne de piquetage ou empêchent des gens de passer.

La direction de l’ABI réfute les accusations des syndiqués

La direction de l'Aluminerie de Bécancour a réagi jeudi aux propos des syndiqués, qui attribuaient mercredi l'échec des négociations à la mauvaise foi de l’employeur.

La partie patronale affirme que l'ABI demeure engagée à résoudre le conflit de travail, qui dure depuis neuf mois.

Selon la direction, des données internes montrent clairement qu'ABI dispose de solutions pour améliorer la rentabilité et la profitabilité de l'usine et elles auraient été présentées plusieurs fois à la table de négociations.

Une analyse comparative avec ses autres usines indique qu'il y aurait des façons d'améliorer les résultats de l'ABI. La partie patronale déplore que le syndicat ait refusé des propositions qui auraient permis aux travailleurs de retourner au travail rapidement.

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail