•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incendie jette à la rue une quarantaine de personnes à Rouyn-Noranda

Un incendie a complètement ravagé le 300, rue Iberville Est.
Un incendie a complètement ravagé le 300, rue Iberville Est. Photo: Radio-Canada / Piel Côté
Radio-Canada

Un incendie a complètement ravagé un immeuble de 18 logements à Rouyn-Noranda, jeudi soir.

Le feu a fait rage toute la nuit. L'immeuble situé au 300, rue Iberville Est est une perte totale.

Quarante personnes ont été évacuées et prises en charge par la Croix-Rouge, selon la Sûreté du Québec.

Des immeubles voisins et les résidences de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) ont aussi été évacués.

Le recteur de l'UQAT, Denis Martel, était sur les ondes de l'émission Des matins en or pour expliquer les mesures qui ont été mises en place.

Hier soir, on a aidé la Croix-Rouge en prenant en charge une partie de ces gens-là pendant quelque temps pour les héberger dans l'UQAT, et des résidences ont été évacuées en raison des immenses colonnes de fumée qui inondaient les résidences. 

Nos étudiants en résidence ont passé la nuit dans le gymnase du cégep et ont réintégré leurs unités à 6 h 30 ce matin.

Le recteur de l'UQAT, Denis Martel
Incendie dans la rue Iberville Est à Rouyn-NorandaIncendie dans la rue Iberville Est à Rouyn-Noranda Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

L'appel d'urgence a eu lieu autour de 21 h, jeudi.

La rue Iberville a été fermée à la circulation pendant la nuit.

Une enquête est en cours, mais il ne semble pas s'agir d'un incendie criminel, selon la Sûreté du Québec.

Personne n'a été blessé.

Entraide

L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) a pour sa part mis en place une cellule de crise.

Des membres de la direction veulent soutenir les étudiants qui ont tout perdu.

L'objectif est de leur fournir un soutien alimentaire, scolaire, informatique et administratif.

Certains étudiants étrangers se retrouvent même sans passeport et sans ressource.

Le vice-recteur aux ressources de l'UQAT, Luc Boisvert, souligne que ces pertes peuvent être vécues difficilement par les sinistrés.

Ce sont des pertes énormes pour eux. Ça peut être déstabilisant. S’ils demeurent dans des résidences comme celles-ci, c’est souvent parce qu’ils sont loin de leur famille

Luc Boisvert

Nous, on veut s’assurer qu’ils aient un accompagnement psychologique, mais aussi, dans leur parcours académique, on veut s’assurer qu’ils soient bien accompagnés, surtout avec les examens qui s’en viennent bientôt. Il faut vraiment s’en préoccuper, ajoute-t-il.




Abitibi–Témiscamingue

Faits divers