•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Presse-Ouest ltée deviendra une entreprise sociale

Un homme aux cheveux blancs et avec des lunnettes se tient devant un micro. Derrière lui se trouvent quelques personnes debout.
Raymond Poirier, membre de la Société de la francophonie manitobaine (SFM), se dit confiant dans le modèle d'entreprise sociale proposé par le comité chargé d'étudier la structure de gouvernance et la possession des actions de Presse-Ouest ltée. Photo: Radio-Canada / Ron Boileau

Les membres présents jeudi à l'assemblée générale annuelle (AGA) de la Société de la francophonie manitobaine (SFM) ont mandaté les conseils d'administration de la SFM et de Presse-Ouest ltée (POL) de mettre en place un modèle d'entreprise sociale pour la société éditrice du journal La Liberté.

Un texte de Mathilde Monteyne

La proposition, émise par Raymond Poirier, un membre de la SFM, a été adoptée sans opposition. Si certains membres, comme Gérard Lécuyer, affirmaient qu’« on ne doit pas avoir peur de s’asseoir une fois de plus pour en parler », plusieurs autres ont exprimé leur souhait d’avancer dans le dossier.

« Je suis tanné des comités, je suis tanné des réunions, je suis tanné des consultations. À un moment donné, il faut faire quelque chose », a déclaré Léo Robert, un autre membre de l’assemblée.

Le conseil d’administration de la SFM proposait de tenir une réunion publique en mai 2019 au sujet, entre autres, du modèle d’entreprise sociale préconisé dans le rapport du comité d’étude sur l’avenir de la structure de gouvernance de POL.

Devant une table derrière laquelle sont assises une vingtaine de personnes sur une scène, se trouve un parterre de tables rondes autour desquelles sont assises plusieurs dizaines de personnes levant le bras avec un papier orange dans la main.Les membres présents à l'assemblée générale annuelle de la Société de la francophonie manitobaine (SFM) jeudi soir ont voté en faveur de la proposition de modification au règlement administratif visant à améliorer le fonctionnement de l'organisme. Photo : Radio-Canada / Mathilde Monteyne

À la place, les conseils d’administration de la SFM et de POL, ainsi que des représentants des comités de refonte de la SFM et d'étude de la gouvernance de POL, travailleront immédiatement à la mise en place de ce modèle. Ils rendront un rapport sur leurs avancées à ce propos lors de la prochaine assemblée générale de la SFM.

Marc Marion, président du conseil d'administration de POL, n’en attendait pas tant.

C’est vraiment un vote de confiance de l’assemblée.

Marc Marion, président du conseil d'administration de POL

Raymond Poirier estime qu’il s’agit d’un dossier complexe qui relève de l’expertise de fiscalistes et d’avocats et dans lequel la communauté, plus novice dans ces matières, n’aurait que peu de choses à apporter. « Ça fait comme 30 personnes qui vont se pencher sur ça, avec des avocats puis des comptables. Si eux autres ne sont pas capables de régler le problème, on ne va pas le régler en ayant une réunion publique où tout le monde vient donner son opinion », affirme-t-il.

Certains ont d’ailleurs souligné que la communauté s’est déjà exprimée sur le sujet, puisqu’elle a elle-même mandaté le comité sur la gouvernance de POL.

Avant le vote sur la proposition de Raymond Poirier, Albert Lepage a retiré la sienne qui demandait également la tenue d’une consultation communautaire sur le rapport du comité d’étude.

Il a néanmoins demandé aux conseils d’administration et aux présidents des comités de procéder à une réflexion sur les questions de l’indépendance journalistique et de la transparence de La Liberté.

Les finances, en mauvais état, ont d’ailleurs constitué le point d’ancrage de ces discussions.

Un budget qui fond

Pour l’exercice qui s’est terminé le 31 mars 2018, Presse-Ouest ltée affiche un déficit de 48 731 $, soit environ 17 000 $ de plus que l’année dernière. Alors que son surplus général, à la fin de l’exercice, se chiffrait à 344 587 $ en 2017, il n’est plus qu’à 295 856 $ en 2018.

Le modèle traditionnel d'affaires ne fonctionne plus. C'est une réalité à laquelle nous devons faire face.

Marc Marion, président du C.A. de Presse-Ouest ltée

D’après Marc Marion, cette perte financière a été occasionnée par une baisse des revenus publicitaires de 40 000 $, mais aussi par une taxe provinciale sur la masse salariale, qui s'applique sur les employeurs membres d’un groupe de corporations « associées » dont la masse salariale globale est supérieure à 1,25 million de dollars.

Or, ce n’est qu’en 2018 que la SFM et POL se sont rendu compte qu’elles constituaient des masses salariales combinées et que la taxe s'appliquait donc à elles.

Un homme aux cheveux bruns et avec des lunettes s'exprime l'air joyeux à la caméra; en arrière-plan se trouvent quelques tables vides et des gens qui parlent debout.Marc Marion, président du C.A. Presse-Ouest Ltée, à l'assemblée générale annuelle de la Société de la francophonie manitobaine (SFM) jeudi. Photo : Radio-Canada / Mathilde Monteyne

Outre le remboursement des frais depuis 2012 qui s’est élevé à presque 33 000 $ en 2018, POL se retrouve ainsi, chaque année, avec une dépense supplémentaire d'environ 14 000 $, « tant et aussi longtemps que la SFM demeure sa propriétaire », explique Marc Marion. D’après lui, poursuivre la diversification des sources de revenus s’avérera payant à l’avenir.

Christian Monnin, le président du conseil d’administration de la SFM, a le sentiment que la mise sur pied de la nouvelle structure d’entreprise sociale se fera rapidement, même s’« il va falloir accorder les violons » entre les différentes personnes autour de la table.

Lors de cette assemblée, les membres ont, par ailleurs, adopté les modifications proposées au Règlement administratif pour améliorer le fonctionnement de la SFM.

Enfin, les deux postes vacants au conseil d’administration n’ont pas pu être pourvus par des élections, faute de candidatures. Le conseil devra donc trouver deux personnes pour occuper les postes jusqu’à la prochaine assemblée générale.

Manitoba

Francophonie