•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis : forte demande de main-d'oeuvre qualifiée à quelques jours de la légalisation

Deux personnes en combinaison blanche marche le long d'une serre intérieure où pousse du cannabis.

Hexo compte embaucher 500 nouveaux employés d'ici la fin de l'année.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'entreprise gatinoise Hexo, qui se spécialise dans la production et la distribution de cannabis, a organisé une foire de l'emploi, jeudi, pour recruter de nouveaux travailleurs en prévision de la légalisation. La compagnie compte embaucher jusqu'à 500 nouveaux employés d'ici la fin de l'année pour suivre le marché en pleine expansion.

Qu’ils soient préposés à la récolte, aux produits séchés, commis à l’emballage ou spécialistes en production d’huile, la demande de travailleurs est forte dans le nouveau marché canadien du cannabis récréatif.

Nous avons beaucoup de jeunes formés en technologie, en sciences, en mathématiques, en horticulture, a relaté le vice-président des affaires gouvernementales chez Hexo, Pierre Killeen, lors d’un point de presse de l’entreprise.

L’entreprise Hexo sera le fournisseur principal de la Société québécoise du cannabis pour les cinq prochaines années, en plus de produire pour l’Ontario.

Grâce à des travaux d’agrandissement majeurs de ses installations, Hexo va faire passer la production annuelle de son usine de Masson Angers de 25 000 kg à 108 000 kg.

Hexo — qui emploie 245 personnes — doit encore trouver de nouveaux employés qualifiés pour rester compétitive et atteindre ses cibles. Le Cégep de l’Outaouais pourrait être un important bassin de main-d’œuvre régionale spécialisée, dans un avenir rapproché.

La maison d’enseignement attend toujours le feu vert du gouvernement provincial pour offrir une attestation collégiale dans le domaine de la production de cannabis. Selon son directeur général, Frédéric Poulin, il y a un intérêt assez grand pour former une première cohorte.

Dès qu’on a une réponse du ministère, nous, on voudrait mettre en branle le reste des étapes, ça voudrait dire d’élaborer nos plans de cours, de préparer les cours pour par la suite ouvrir les inscriptions, a affirmé M. Poulin.

Le directeur général du Cégep de l’Outaouais espère avoir une réponse favorable avant le mois de janvier.

Même si les travaux d’expansion sont loin d’être terminés, Hexo se dit prête à commencer la distribution de cannabis à des fins récréatives.

Avec les informations de Laurie Trudel et d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Emploi