•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq pionnières pour inspirer les politiciennes de demain à l'Île-du-Prince-Édouard

Les membres du Club des cinq de l'Île-du-Prince-Édouard – Nancy Guptill, Patricia Mella, Elizabeth Hubley, Catherine Callbeck et Marion Reid – ont raconté à une vingtaine d'adolescentes des quatre coins de la province ce qui les a motivées à se lancer en politique.
Les membres du Club des cinq de l'Île-du-Prince-Édouard – Nancy Guptill, Patricia Mella, Elizabeth Hubley, Catherine Callbeck et Marion Reid – ont raconté à une vingtaine d'adolescentes des quatre coins de la province ce qui les a motivées à se lancer en politique. Photo: Radio-Canada / François Pierre Dufault
Radio-Canada

Des adolescentes de toutes les circonscriptions électorales de l'Île-du-Prince-Édouard ont occupé les 27 fauteuils à l'Assemblée législative à l'occasion de la Journée internationale de la fille, jeudi, sous l'oeil attentif du Club des cinq, ces cinq femmes qui ont occupé les postes les plus influents dans la province en 1993.

Un texte de François Pierre Dufault

Le but de l'événement était d'encourager les jeunes femmes à s'impliquer en politique.

L'Île-du-Prince-Édouard a écrit une page d'histoire avec son Club des cinq. De 1993 à 1995, le pouvoir dans la province insulaire s'est conjugué au féminin avec une lieutenante-gouverneure, une première ministre, une chef de l'opposition officielle ainsi qu'une présidente et une vice-présidente de l'Assemblée législative.

Vingt-cinq ans plus tard, ces cinq pionnières sont venues à la rencontre d'une nouvelle génération de jeunes femmes dans le but de susciter chez elles un intérêt pour la chose publique.

Si nous pouvons vous inspirer aujourd'hui, ce sera notre récompense, a déclaré d'emblée Elizabeth Hubley, qui a été vice-présidente de l'Assemblée législative de 1993 à 1996, puis sénatrice de 2001 à 2017. Impliquez-vous. Vous pouvez gagner, a poursuivi Nancy Guptill, qui a été présidente de l'Assemblée législative de 1993 à 1996.

Les cinq femmes ont raconté à la vingtaine d'élèves de la 10e à la 12e année des quatre coins de l'île comment leur désir de contribuer au changement dans la société les a amenées à faire de la politique active.

Il faut sortir de notre zone de confort, a insisté Catherine Callbeck, qui a été première ministre de l'Île-du-Prince-Édouard de 1993 à 1996, puis sénatrice, et plus récemment chancelière de l'université insulaire.

Le Club des cinq s'est dissout lorsque Marion Reid a terminé son mandat de lieutenante-gouverneure, en 1995.

Aujourd'hui, sur les cinq postes les plus influents à l'Île-du-Prince-Édouard, deux sont occupés par des femmes. Antoinette Perry est lieutenante-gouverneure et Kathleen Casey, vice-présidente de l'Assemblée législative. Les femmes sont aussi moins nombreuses à Province House qu'il y a un quart de siècle. Il y en avait huit en 1993. Il y en a cinq à l'heure actuelle.

C'est signe, selon Patricia Mella, qui était chef de l'opposition officielle en 1993, qu'il y a encore des obstacles à surmonter pour les femmes qui veulent se lancer en politique.

L'ancienne chef du Parti progressiste-conservateur de 1990 à 1996 estime qu'il est toujours plus difficile pour une femme de mettre sa carrière ou sa vie familiale en veilleuse afin de briguer les suffrages. À cela s'ajoute, dit-elle, un préjugé tenace selon lequel la politique demeure un sport d'hommes.

Vous devez faire votre place.

Patricia Mella, ancienne chef de l'opposition à l'Île-du-Prince-Édouard

Rikki Delaney, une élève en 12e année à l'école Évangéline qui a participé à la simulation parlementaire, jeudi, se dit tout de même optimiste. Plus les années passent et plus les femmes vont faire leur place dans ce domaine. C'est important d'être fières de qui nous sommes, soutient-elle.

Le premier ministre Wade MacLauchlan croit lui aussi qu'il sera un jour possible de faire tomber les barrières. Il est important, à ses yeux, de créer des conditions pour que les jeunes femmes se sentent bienvenues dans l'arène politique.

La récente rencontre entre le Club des cinq et des adolescentes de toutes les régions de l'Île-du-Prince-Édouard est un pas dans la bonne direction, selon le premier ministre, qui était d'ailleurs pour l'occasion le seul homme présent à l'Assemblée législative.

Île-du-Prince-Édouard

Jeunesse