•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales à Timmins : économie et impôts fonciers

Les conseillers sont assis autour de tables dans la salle de réunion du conseil municipal.
Le conseil municipal de Timmins en pleine réunion. Photo: Radio-Canada / Jean-Loup Doudard
Radio-Canada

Quelle est la vision des candidats à la mairie de Timmins quant à l'avenir économique de leur municipalité? Que jugent-ils raisonnable comme augmentation de l'impôt foncier? Voici les réponses à un questionnaire envoyé par Radio-Canada.

Un texte de Didier Pilon

Steve Black

Le maire de Timmins Steve Black.Le maire Steve Black juge inappropriés certains propos racistes qui circulent relativement à la mort de deux membres de la Première Nation Fort Albany aux mains des policiers de Timmins. Photo : Radio-Canada

Le maire sortant Steve Black fait le bilan économique de son mandat. Il mentionne entre autres l’achèvement du parc industriel ferroviaire, qui fut instrumental aux ouvertures des installations des compagnies Calabrian et Certarus.

Selon la Corporation du développement économique de Timmins et le ministère du Développement du Nord et des Mines, ces installations ont créé environ 45 nouveaux emplois à Timmins.

M. Black soulève aussi que la municipalité est une des deux finalistes pour l’usine de transformation de ferrochrome de Noront.

Si [la ville] est choisie, ce projet saura donner un élan majeur à l’économie locale et assurer 300 emplois pour les 100 prochaines années, déclare-t-il.

Pour un prochain mandat, il propose d’attirer d’autres projets miniers, tels que le projet Century de la mine Dome et le projet Côté d’IAMGold.

Le développement du centre-ville figure aussi sur sa liste de priorités.

Au cours des quatre dernières années, plus de 30 entreprises ont ouvert leurs portes au centre-ville. Il nous reste cependant du travail à faire pour remplir les immeubles vacants.

Steve Black, maire sortant de Timmins

Le maire sortant rappelle aussi que les impôts fonciers ont diminué lors de son mandant : En 2013, le taux d’imposition foncier applicable aux propriétés résidentielles était de 2,01 %. Au cours des quatre dernières années, il a été réduit pour s’établir actuellement, en 2018, à 1,88 %.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections municipales en Ontario

Ray Burey

Pour Ray Burey, le développement économique de Timmins est inséparable du taux d’imposition municipal.

Il propose de baisser les impôts fonciers à 1 %, qu’il décrit comme les taxes les plus basses en province et au pays.

M. Burey ne précise pas s’il s’agit seulement des taxes résidentielles, ou s’il inclut aussi les taxes commerciales, industrielles, fermières et multi-résidentielles. Plusieurs municipalités ont déjà des impôts résidentiels inférieurs à 1 %.

Pour balancer les pertes de revenus fonciers, M. Burey propose d’imposer une taxe de vente.

Enid Slack, la directrice de l'organisme de recherche Institute on Municipal Finance and Governance, rappelle qu’une telle mesure ne serait pas légale.

Sous la Loi sur les municipalités, les villes n’ont pas le droit de soulever une taxe de vente, affirme-t-elle.

Daniel Fortier

Égoportrait d'un homme dans un véhicule.Daniel Fortier, candidat à la mairie de Timmins. Photo : Daniel Fortier/Facebook

Daniel Fortier voit plusieurs projets dispendieux à l’horizon.

La station de traitement des eaux South Porcupine a besoin d’être réparée, le Manoir doré doit être conforme aux normes, et le service d’incendie a besoin de nouveaux camions de pompier.

Daniel Fortier, candidat à la mairie de Timmins

Il refuse toutefois de considérer une augmentation des impôts, misant plutôt sur la construction de nouvelles usines.

Nous devons diversifier notre économie. On ne peut pas seulement prier pour qu’une nouvelle mine ouvre ses portes ou pour que les mines actuelles demeurent ouvertes.

M. Fortier soutient qu’il est en contact avec quatre entreprises qui s’installeront à Timmins si le prochain conseil l’approuve.

Sans nommer les compagnies en question, il décrit deux usines qui transforment les plastiques recyclés. Une troisième compagnie bâtirait supposément de mini logements abordables, alors que la dernière produirait du carburant avec les déchets du site d’enfouissement municipal.

Nous encouragerons les petites entreprises à ouvrir leurs portes en offrant des subventions et en les exemptant des frais de permis commercial, avance M. Fortier.

George Pirie

Portrait d'un homme devant un mur de briques.Le candidat à la mairie de Timmins George Pirie. Photo : georgepirie.com

Selon George Pirie, le problème de l’heure est l’exode de la jeunesse.

Timmins a déjà les impôts fonciers les plus élevés en province. Les citoyens quittent la municipalité en raison des taxes trop élevées.

George Pirie, candidat à la mairie de Timmins

Il est notable que le taux d’impôt foncier de Timmins, quoique plus élevé que la majorité des villes du Nord, soit comparable à celui de Hearst et moins élevé que celui de Kapuskasing.

Taux d'impôt fonciers résidentiel dans quelques villes du Nord de l'Ontario

Timmins - 1,88%

Sudbury - 1,44%

Hearst - 1,88%

Kapuskasing - 2,47%

North Bay - 1,46%

Thunder Bay - 1,64%

M. Pirie dit pouvoir doubler la population de Timmins en diversifiant l’économie, tout en continuant d’être un centre régional de services de santé et d’éducation post-secondaire.

Avec le double de sa population, la scène culturelle et récréative sera le moteur de notre industrie touristique et Timmins sera une destination privilégiée pour visiter ou y vivre, croit M. Pirie.

Lauchlan MacInnes

Portrait d'un jeune homme.Lauchlan MacInnes, le plus jeune des candidats à la mairie de Timmins. Photo : Lauchlan MacInnes/Facebook

Même si Lauchlan MacInnes soutient que Timmins est et sera toujours une ville minière (et forestière), il mise tout de même sur la diversification de l’économie.

Nous attirerons des entreprises en ayant une main-d’œuvre qualifiée, une infrastructure robuste et efficace, et en faisant de notre ville un endroit où il fait bon vivre, affirme-t-il.

Plutôt qu’augmenter les impôts fonciers, M. MacInnes soutient qu’il faut regarder où l’on peut faire des économies.

Nord de l'Ontario

Politique municipale