•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Marcel Barbeau, l’éternel explorateur devant la toile

    Marcel Barbeau devant un de ses toiles lors d'une exposition qui lui était consacrée au Musée d'art contemporain à Montréal en 1969.
    Marcel Barbeau est un des signataires du manifeste Le refus global. Le Musée national des beaux-arts du Québec lui consacre une exposition depuis le 11 octobre 2018. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Le Musée national des beaux-arts du Québec présente jusqu'au 6 janvier 2019, une importante exposition de l'œuvre de Marcel Barbeau. Radio-Canada a suivi la carrière de cet homme qui a été au Canada un pionnier de la multidisciplinarité dans les arts.

    La peinture abstraite, c’est une nouvelle réalité. C’est une réalité vue de plus haut ou de plus près.

    Marcel Barbeau, 1981

    Signataire du manifeste Le refus global

    Marcel Barbeau a développé une trajectoire artistique qui s’est étendue sur presque sept décennies. Dès ses débuts, c’est un peintre audacieux.

    La caractéristique de sa démarche est de renouveler constamment sa production. Artiste pluridisciplinaire, il s’intéresse au dessin, à l’estampe, à la sculpture, à la photographie et à la performance.

    En 1942, il entre à l’École du meuble de Montréal. Paul-Émile Borduas est son professeur de dessin. Ce dernier lui fait découvrir sa vocation artistique de même que l’art moderne.

    Marcel Barbeau partage également les opinions de Paul-Émile Borduas sur la société québécoise. Le catholicisme étriqué de l'époque l’étouffe.

    Intégré au mouvement des peintres automatistes groupé autour de Borduas, il signe le manifeste Le refus global qui fait tant de bruit en 1948.

    Le 3 avril 1981, Marcel Barbeau accorde à l’émission Femme d’aujourd’hui une entrevue où il discute de l’évolution de son œuvre. La journaliste Élisabeth Richard lui pose une question sur l’impact qu’a eu ce Le refus global sur la société québécoise. La réponse de Marcel Barbeau est sans ambiguïté.

    Je crois que nous avons contribué à élargir la pensée des gens. C’est parce qu’à ce moment-là, elle était très, très fermée.

    Marcel Barbeau, 1981

    Un explorateur qui brise les frontières

    L’entrevue accordée à Femme d’aujourd’hui montre bien l’évolution de la pensée de Marcel Barbeau sur sa démarche artistique. Il distingue clairement son œuvre des années de jeunesse avec celle des années de maturité.

    Entre 1944 et 1953, Marcel Barbeau fréquente l’atelier de Paul-Émile Borduas. Il y rencontre notamment Jean-Paul Riopelle. Il réalise avec ce dernier les premières expériences d’expressionnisme abstrait conçues par des peintres du Québec.

    Dans les années 1940 et 1950, Marcel Barbeau adhère à l’expressionnisme abstrait. Mais à la fin des années 1950 et dans les années 1960, sa peinture évolue. L'air du large l'inspire.

    En 1962, Marcel Barbeau est couronné lauréat de l’Académie royale du Canada. Il s'installe à Paris. Il y côtoie les nouveaux courants picturaux de l’époque.

    Le 4 février 1964, l’émission Aujourd’hui propose une entrevue de l’artiste où il discute de sa démarche et montre ses dernières œuvres peuplées de formes géométriques asymétriques ou d’illusions optiques.

    Cinq ans plus tard, plus précisément le 3 avril 1969, l’émission Aujourd’hui présente un reportage à l’exposition que lui consacre le Musée d’art contemporain du Québec.

    On y voit une rétrospective de ses œuvres depuis le début de sa carrière. L’artiste explique sa démarche et son besoin de toujours renouveler son style. Son comportement n’est pas nécessairement bien considéré dans le monde des arts de l’époque.

    Sa curiosité et son ouverture l’amènent à s’associer à des danseurs, des acteurs, des musiciens lors d’événements interdisciplinaires.

    L’exposition du Musée national des beaux-arts du Québec est la première vraie rétrospective de cet artiste constamment en mouvement.

    Une centaine d’œuvres de Marcel Barbeau, notamment plusieurs de ses tableaux optiques des années 1960, pourront y être admirées.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts