•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terrasses de la Chaudière : il est minuit moins une

Une infographie montre une tête humaine et les Terrasses de la Chaudière.
Les Terrasses de la Chaudière sont aux prises avec de nombreux problèmes qui auraient des conséquences sur la santé des occupants. Photo: Radio-Canada

Champignons, excréments de chauve-souris, moisissures, manque d'air... Radio-Canada a appris que le ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord doit répondre au plus tard vendredi à une vingtaine d'infractions au Code canadien du travail aux Terrasses de la Chaudière, dans le secteur de Hull, à Gatineau.

Un texte de Stéphane Leclerc

De plus, les résultats d’un sondage interne obtenus par Radio-Canada révèlent que l’environnement de travail y serait si problématique que de nombreux employés estiment qu’il est responsable des symptômes dont ils souffrent.

Les contraventions auxquelles le ministère doit répondre sont toutes liées à la santé et la sécurité au travail et dénoncent spécifiquement la qualité de l’air sur deux étages du complexe des Terrasses de la Chaudière. Travailler au 6e étage du 15-25, rue Eddy et au 19e étage du 10, rue Wellington serait particulièrement désagréable.

Dans le cas du 10, rue Wellington, le système de ventilation n’a pas été conçu pour le nombre d’employés qui y oeuvrent, selon des documents et des courriels également obtenus par Radio-Canada. La quantité d’air frais disponible pour les 171 employés y serait largement insuffisante, selon l’entreprise qui gère les Terrasses.

Ces étages n’ont pas été conçus pour recevoir plus de 105 personnes à l’origine.

Un gestionnaire technique de Brookfield Global Integrated Solutions (BGIS), extrait d’un courriel obtenu par Radio-Canada

Autrement dit, chaque employé du 19e étage dispose en moyenne de 60 % de l’air frais nécessaire pour bien effectuer ses tâches.

Le sixième étage du 15-25, rue Eddy serait quant à lui aux prises avec de nombreux problèmes, notamment la présence de chauve-souris et leurs excréments depuis quelques années.

Un sondage dévastateur

Radio-Canada a obtenu les résultats d’un sondage interne mené par une équipe d’employés de la Direction générale des communications du ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord. Les employés qui travaillent au 19e étage du 10, rue Wellington ont été sondés.

L’enquête cherchait à déterminer combien d’entre-eux rapportent éprouver un ou plusieurs symptômes dans le cadre de leur travail, depuis 2014. C’est cette année-là que la direction a commencé à densifier leur espace de travail, pour respecter une nouvelle norme, appelée « Workplace 2.0 ».

Selon l’enquête menée auprès des fonctionnaires en juillet dernier, 81 % d’entre eux estiment ressentir ou avoir ressenti trois symptômes ou plus causés par leur environnement de travail.

Fatigue, maux de tête et impression de manquer d’air arrivent en tête de liste. Éternuements, symptômes d’allergies et étourdissements suivent de près. Un peu moins du tiers des employés se sont également plaints de toux, de problèmes respiratoires et de nausées.

Sur les 130 fonctionnaires sondés, seulement 3 affirment n’avoir ressenti aucun symptôme lié à leur environnement de travail.

Selon le document sur lequel Radio-Canada a mis la main, les résultats du sondage serviront à documenter tout plan d’action ou recours qui pourrait être envisagé.

Le ministère du Travail intervient

Les employés du ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, qui logent au 19e étage du 10, rue Wellington, ont commencé le processus de plainte au mois de mars dernier.

Le comité santé et sécurité des Terrasses de la Chaudière a décidé de faire enquête et a produit un rapport, le 4 septembre dernier. Il fait quatre recommandations, dont la principale est de réduire le nombre d’employés au 19e étage.

Finalement, après une visite des lieux les 19 et 20 septembre derniers, la déléguée officielle du ministre du Travail, Jenny Teng, a envoyé une « promesse de conformité volontaire » au ministère des Relations Couronne-Autochtones, qui contient une vingtaine d’infractions.

Notamment, l’employeur ne s’est pas assuré de modifier le système de ventilation pour qu’il soit conforme aux exigences et au niveau d’occupation, et il n’a pas respecté la méthode de calcul appropriée pour qu’il soit conforme à ces exigences. De plus, l’employeur n’a pas veillé à éliminer tout risque pour la sécurité et la santé en fonction des études déjà effectuées et à prendre les mesures nécessaires.

Des problèmes persistants au 6e étage du 15-25, rue Eddy

La déléguée officielle du ministre du Travail en a aussi profité pour visiter le sixième étage du 15-25, rue Eddy. Elle note une dizaine d’autres infractions au Code canadien du travail sur cet étage.

Parmi celles-ci, l’employeur n’a pas nommé une personne qualifiée pour enquêter sur la présence de champignons et potentiellement de moisissures sur l’étage et il n’a pas respecté les exigences du Code du travail en lien avec une infiltration d’eau.

De plus, toujours selon ses observations, l'employeur n’a pas veillé à la protection des employés devant la présence de chauves-souris et d’excréments de chauve-souris. Ce problème n’a pas été corrigé, même après les mesures correctives de 2016.

Les imposants édifices de brique brune des Terrasses de la ChaudièreLe complexe des Terrasses de la Chaudière a été construit en 1978. Photo : Radio-Canada

Le gouvernement promet de changer les choses… s’il y a problème!

Le ministère des Services aux Autochtones et Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) assurent tous deux que la santé et la sécurité des employés sont des priorités.

Dans un échange courriel avec Radio-Canada, William Olscamp, porte-parole de Services aux Autochtones, affirme que des actions immédiates sont en branle et qu’un plan d’action est en cours d’élaboration.

Pour sa part, Pierre-Alain Bujold, porte-parole de SPAC, ajoute que tous les résultats des tests semestriels de la qualité de l’air réalisés depuis 2015 [...] étaient dans les limites des paramètres acceptables.

Le député fédéral de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Steven MacKinnon, va dans le même sens. Il ajoute que des travaux importants vont transformer l’intérieur des édifices aussi.

Les Terrasses de la Chaudière, nous savons, sur le long terme, vont subir des rénovations majeures de l’enveloppe externe, bien sûr, mais aussi à l’intérieur des espaces de travail.

Steven MacKinnon, secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement
Steven MacKinnon en entrevue sur la colline du Parlement, à l'extérieur, devant la pelouse.Steven MacKinnon est le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement du Canada. Photo : Radio-Canada

Des tapis potentiellement toxiques… un suivi

À la fin du mois d’août, Radio-Canada révélait que SPAC avait évalué la possibilité de changer les tapis et la colle des tapis dans les corridors les plus achalandés au 6e étage du 15-25, rue Eddy et au 25e étage du 10, rue Wellington.

Les employés sur ces étages avaient noté une odeur incommodante qui pouvait être liée à la présence de « composés organiques volatils ».

Le projet de remplacement devait débuter l’an dernier et se terminer l’an prochain, au coût estimé de 250 000 $. SPAC indique aujourd’hui que les tapis ont été remplacés dans les lieux les plus fréquentés en juin dernier, mais sans préciser sur quel étage exactement ces travaux ont eu lieu.

Ottawa-Gatineau

Infrastructures