•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins de l'Abitibi-Témiscamingue se disent épuisés

Une femme médecin est accroupie dans le corridor d'un hôpital.
La moitié des médecins en résidence souffrent d'épuisement professionnel à un moment ou à un autre. Photo: Getty Images / Darrin Klimek
Radio-Canada

Une importante proportion de médecins se disent épuisés, dépressifs et même suicidaires selon une enquête de l'Association médicale canadienne publiée mercredi. Le quart des médecins au Canada disent vivre un épuisement professionnel.

Avec les informations de Tanya Neveu

Les résultats démontrent que les taux signalés d'épuisement professionnel et de dépression étaient plus élevés parmi les résidents que chez les médecins en exercice et plus fréquents chez les femmes médecins que chez leurs homologues masculins.

Le président de l'Association des omnipraticiens du nord-ouest du Québec, Dr Jean-Yves Boutet, affirme que la région est aussi par cette étude.

En Abitibi-Témiscamingue j'ai pu vérifier, dans la période 2011-2014, il y a 36 médecins qui ont consulté le programme d'aide. En 2014-2017, ça a augmenté à 54. Donc même chez vous, il y a beaucoup de médecins qui font appel à ce programme d'aide étant donné les exigences du travail et le nombre d'heures à faire, raconte Jean-Yves Boutet.

Le sondage, réalisé en ligne, a été répondu par 2 547 médecins et 400 résidents en médecine au Canada.

Abitibi–Témiscamingue

Santé mentale