•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je n’agirai pas comme un maire qui cherche à être réélu » : Ken Sim, candidat pour le NPA

Ken Sim parle à la journaliste avec une tasse de café devant lui.
Le candidat à la mairie de Vancouver pour le NPA, Ken Sim, a étudié pendant une session à Nice, en France. Photo: Radio-Canada

Le candidat à la mairie de Vancouver pour le NPA (Non-Partisan Association) est un novice en politique, mais il cumule des années d'expérience comme entrepreneur. Propriétaire de Rosemary Rocksalt, magasin de bagels, et de Nurse Next Door, une entreprise qui assure des soins à domicile, Ken Sim se considère prêt à briguer le poste de maire de la troisième métropole canadienne.

Un texte d’Anaïs Elboujdaïni

Il nous a donné rendez-vous au Dutch Wooden Shoe Café sur Cambie, un restaurant important pour lui. Voici un extrait de notre entretien.

Vous travailliez ici lorsque vous aviez 15 ans. Que signifie cet endroit pour vous?

J’ai réussi à m’offrir des études universitaires avec mon salaire de 4 $ l’heure. Ce restaurant évoque pour moi la nostalgie. Elles sont rares, les places comme celles-ci à Vancouver, des endroits qui n’ont pas changé depuis des décennies. Le propriétaire, John, m’a aussi appris plusieurs leçons précieuses en entrepreneuriat.

Ken Sim dans la cuisine du Dutch Wooden Shoe Café.Ken Sim a travaillé dans la cuisine du Dutch Wooden Shoe Café, un restaurant de la rue Cambie, à Vancouver. Photo : Radio-Canada / Anaïs Elboujdaïni

Il m’a appris à bien traiter les clients et à quel point il faut travailler fort quand on est en affaires.

Que proposez-vous pour les entreprises?

Pour soutenir nos entreprises locales, il faut accélérer l'octroi de permis, sinon nous allons perdre des entrepreneurs. Par ailleurs, nous devons modifier la manière dont les impôts fonciers sont perçus. Une entreprise comme celle-ci [en référence au Dutch Wooden Shoe Café] paie sans doute autant d’impôts fonciers qu’une tour à condo de 15 étages.

Les propriétaires de petites entreprises qui veulent rester en affaires ne peuvent plus se le permettre à Vancouver.

Ken Sim, candidat à la mairie de Vancouver pour le NPA

Puisque vous êtes vous-même devenu homme d’affaires, comment votre expérience vous servira-t-elle à la tête de l’hôtel de ville, si vous êtes élu?

Je suis le seul candidat qui a une expérience de gestion d’un organisme complexe. Avec mon entreprise Nurse Next Door, j’ai appris à gérer des centaines d’employés. La Ville de Vancouver a aussi des centaines d’employés. Tous les autres candidats sont dans la théorie, pas moi : j’ai passé une vingtaine d’années à gérer de gros organismes.

Le logement est au coeur des enjeux de cette campagne. Parlez-nous de votre vision.

Mon plus vieux fils, âgé de 17 ans, n’entrevoit pas d’avenir dans cette ville, ni lui ni ses amis. Nous devons agir.

Ken Sim, déguisé en collégien.Ken Sim, alors âgé de 12 ans, portant la toge de collation des grades de son frère aîné. Photo : Fournie par Ken Sim

Je propose entre autres trois choses : permettre aux propriétaires de maisons d’avoir une deuxième suite, ce qui pourrait créer 40 000 nouveaux logements locatifs. Ensuite, nous allons accélérer l’octroi de permis de construction. Enfin, nous allons construire des logements locatifs sur les terrains de la Ville pour régler la situation à moyen et long terme.

Vous êtes originaire de l’est de la ville, vous avez vu Vancouver se transformer devant vos yeux. Comment espérez-vous changer les choses pour le quartier Downtown Eastside (DTES)?

J’ai annoncé la création d’un groupe de travail pour le DTES. Ce quartier ne manque pas de ressources : il y a au-delà de 200 organismes là-bas. Il n'y a pas un manque de gens passionnés et intelligents.

Tout ce qu’il manque, c’est une meilleure coordination et du courage politique.

Ken Sim, candidat à la mairie de Vancouver pour le NPA

C’est ce que je veux offrir. Je n’agirai pas comme un maire qui cherche à être réélu, mais comme une personne qui sait qu’elle peut être renvoyée et qui va faire le travail.

Qu’allez-vous donc faire?

Je vais attendre les résultats du groupe de travail avant de me prononcer. S’il faut aller dans la direction de la réduction des méfaits, alors j'abonderai dans ce sens.

Quelles sont vos propositions en matière de transport?

Je vous promets que je ne ferai pas la guerre aux pistes cyclables. Mon parti veut également diminuer la congestion routière. Pour ce faire, nous allons organiser un examen indépendant sur la question, ce qui ne devrait pas prendre trop de temps, puisque nous avons déjà beaucoup d’informations sur la question. Saviez-vous que depuis 20 ans, le nombre de voitures à Vancouver est resté le même?

Ken Sim debout dans la salle à manger du restaurant.Ken Sim a quatre fils et il souhaite bâtir un Vancouver où ils pourront concevoir un avenir. Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Le problème, c’est le virage à gauche au feu jaune. C’est l’obstruction des routes en raison de la construction. Ce sont les feux de circulation qui changent du vert au rouge à cause des boutons piétonniers.

La somme de tous ces problèmes explique la congestion et nous allons aller au fond des choses grâce aux recommandations d’un examen indépendant.

Que pensez-vous des nouvelles règles en matière de financement pour les élections municipales?

Non seulement avons-nous suivi la loi, nous avons aussi respecté l’esprit de la loi. Nous respectons la loi, contrairement à certains de nos compétiteurs qui profitent de lacunes pour obtenir du financement de tiers partis ou d’argent qui provient de sources anonymes.

Pourquoi avoir choisi de briguer le poste de maire avec le Non-Partisan Association?

Notre parti couvre tout le spectre des positions politiques : il n’est ni de gauche ni de droite. Nous sommes des environnementalistes - faut-il le souligner, puisque tout le monde soutient l’environnement à Vancouver.

NDLR : Radio-Canada a rencontré quatre des 21 candidats à la mairie de Vancouver pour connaître leurs propositions.
Cette entrevue a été traduite, adaptée et raccourcie à des fins de publication.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique municipale