•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales à Champlain : le projet de cimenterie de Colacem en toile de fond

Deux personnes vues de dos s'adresse au public.
Mercredi soir, le débat des candidats à la mairie de Champlain s'est déroulé devant une salle comble. Photo: Radio-Canada / Denis Babin

Sans surprise, le projet de cimenterie de Colacem à L'Orignal occupe une place importante depuis le début de la campagne électorale municipale dans le Canton de Champlain.

Un texte de Denis Babin

Cela a été le cas lors d’un débat organisé mercredi soir par Action Champlain, un regroupement de citoyens qui s’opposent au projet du cimentier.

Le gymnase de l’école élémentaire de L’Orignal, où s’est tenu l’événement, était rempli à craquer.

Cette opposition au projet est aussi partagée par les quatre candidats qui briguent la mairie de Champlain : Normand Riopel, Helen MacLeod, Urbano Fumagalli et Paul-Émile Duval.

La cimenterie était la chose la plus importante [lors du débat]. Les gens se sont rassemblés pour savoir ce qui se passait dans leur communauté. Le "plant" de ciment était l’un des plus gros facteurs. La pollution, on n’en veut pas, lance Normand Riopel.

Le projet du cimentier Colacem fait toujours l’objet d’une contestation devant le Tribunal d’aménagement local, l’entité qui a remplacé la Commission des affaires municipales de l’Ontario.

L’appel, qui devait être entendu en septembre, a été repoussé à une date ultérieure toujours inconnue.

Les quatre candidats ont toujours sur le cœur une décision prise en 2017 par les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) qui est favorable au projet.

Les CUPR devraient respecter [la décision du conseil sortant de Champlain de s’opposer au projet de cimenterie]. […] Tout spécialement quand c’est une décision sensée, a déclaré Helen MacLeod durant le débat.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections municipales en Ontario

Le développement le long de la route 17 : un autre enjeu d’importance

Les quatre candidats, qui lorgnent le poste laissé vacant par Gary Barton, sont aussi unanimes sur un autre point : l’urgence de développer les terrains le long de la route de comté 17 au sud de Hawkesbury.

L'absence d'une entente permettant à la Ville de Hawkesbury de fournir des services d'eau et d'égouts au Canton de Champlain dans ce secteur est un irritant majeur pour les développeurs depuis des lustres.

Des chicanes comme ça font qu’on perd des investisseurs. […] Quand ça vient au développement de la 17, il faut que [Champlain et Hawkesbury] soient unis […] et que l’on se donne un momentum pour le développement de la 17, indique pour sa part Urbano Fumagalli qui a lancé durant la soirée quelques pointes à ses trois adversaires, tous des membres du conseil sortant.

Paul-Émile Duval s’est fait un plaisir de rappeler au plus jeune des candidats que le maire d’une municipalité, malgré la meilleure volonté du monde, ne constitue qu’une seule voix parmi tant d’autres au sein du conseil.

[Arriver à une entente avec Hawkesbury], ce n’est pas facile. C’est pareil comme si moi et toi, on peut s’asseoir ensemble et on va en arriver à une conclusion. Mais si le conseil ne veut pas, moi et toi, on peut dire : "Oui, on va le faire!", mais si le conseil ne veut pas, ça ne se fera pas, explique M. Duval.

Dans le cas d’une victoire le 22 octobre prochain, chacun des quatre candidats souhaite relancer les négociations avec la Ville de Hawkesbury pour conclure une entente intermunicipale dans les plus brefs délais.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale