•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La littérature acadienne aura sa place dans les écoles francophones du N.-B.

Des élèves en classe.

L'enseignement d'oeuvres littéraires acadiennes n'est pas obligatoire, actuellement, dans les écoles francophones du N.-B.

Photo : Programme Place aux compétences

Radio-Canada

À la suite de la sortie de l'auteur acadien Gabriel Robichaud, le ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick poursuit une révision des programmes et confirme qu'il « mettra l'accent », dès septembre 2019, sur l'enseignement d'oeuvres littéraires acadiennes dans les écoles francophones.

Gabriel Robichaud avait dénoncé en janvier l’absence des auteurs acadiens contemporains dans la matière enseignée aux élèves francophones.

Il avait soulevé un débat. Des spécialistes comme le professeur de littérature Benoit Doyon-Gosselin, de l’Université de Moncton, lui avaient fait écho.

Benoit Doyon-Gosselin, professeur de littérature, en entrevue.

Benoit Doyon-Gosselin collabore à la révision du programme de français dans les écoles de langue française au N.-B.

Photo : Radio-Canada

M. Doyon-Gosselin a ensuite été invité à collaborer à une révision du programme d’étude du français au ministère de l’Éducation. Cette révision se poursuit, selon une porte-parole du Ministère, mais des décisions ont déjà été prises, aux dires de M. Doyon-Gosselin.

Une oeuvre acadienne par année, de la 9e à la 12e année

Dans la nouvelle structure, on propose [...], même si ce n'est pas encore officiel, [de] mettre trois oeuvres par année, formatives, qu’on doit lire, dont une acadienne, décrit-il.

Une par année, c’est une bonne nouvelle, alors qu’avant, dans les programmes, il n’y avait pas de prescription pour le nombre d’oeuvres ou l’origine des auteurs.

Benoit Doyon-Gosselin, professeur de littérature, Université de Moncton

Le ministère de l’Éducation développe actuellement, dit-il, une liste d’oeuvres acadiennes parmi lesquelles les enseignants pourront piger.

Tout en espérant que cette liste soit à jour, le poète Gabriel Robichaud se réjouit globalement de la décision.

C'est un premier pas [en] avant, et c'est à souhaiter qu'on [ne] se satisfasse pas, qu'on soit insatiable, dit-il.

Si on est capables de se reconnaître comme individus dans un système d'éducation, ça nous permet encore mieux de [nous] ouvrir vers l'extérieur et de [nous] approprier autre chose [...].

Gabriel Robichaud, auteur
Le poète et comédien acadien Gabriel Robichaud.

Gabriel Robichaud

Photo : Courtoisie

Des ressources nécessaires pour bien enseigner les oeuvres

M. Doyon-Gosselin tempère toutefois son enthousiasme. La directive du Ministère n’aura de valeur, selon lui, que si elle est accompagnée des ressources pédagogiques et financières pour la mettre en oeuvre.

Il compte apporter sa contribution et prépare actuellement des fiches pédagogiques sur des oeuvres précises, qui seront offertes en ligne.

L'idée, c'est de développer des fiches pédagogiques pour accompagner les enseignants, des fiches sur des oeuvres précises qui pourraient être intéressantes en 9, 10, 11, 12e années, auxquelles les enseignants pourraient se référer, pour parler par exemple de telle oeuvre d'Herménégilde Chiasson, d’Emma Haché, de Georgette LeBlanc… 

Sans ces fiches, craint-il, les enseignants risqueraient de laisser de côté des auteurs acadiens contemporains qu’ils ne connaissent pas.

Le nouveau programme du Ministère, conclut M. Doyon-Gosselin, viendra corriger une grande lacune dans les écoles de langue française du Nouveau-Brunswick.

Ça m’attriste de voir des jeunes qui sont à l’université, parfois en enseignement, parfois non, et Antonine Maillet, ils se demandent “Antonine Maillet, c’est-tu pas la comédienne qui joue la Sagouine?” 

Avec les informations de Jimena Vergara

Nouveau-Brunswick

Éducation