•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an après #MoiAussi, les trois quarts des jeunes Canadiennes subissent encore de la discrimination

Le reportage d'Azeb Wolde-Giorghis
Radio-Canada

L'organisme Plan international Canada profite de la Journée internationale de la fille pour publier les résultats d'une étude nationale menée auprès de jeunes Canadiennes un an après le début du mouvement mondial #MoiAussi. Sur les 1002 filles interrogées, 75 % déclarent encore subir de la discrimination fondée sur le sexe.

Un texte de Camille Feireisen

Plan international Canada a mené l'étude Les filles au Canada : l'égalité des sexes aujourd'hui afin de mesurer l'impact d'une campagne comme #MoiAussi auprès des jeunes Canadiennes, indique Nafi Faye, conseillère principale, égalité des sexes, dans l'organisation.

L'étude a révélé qu'il semble encore normal aujourd'hui que le harcèlement sexuel, la discrimination sexuelle et l'insécurité fassent partie de la vie des jeunes Canadiennes, explique-t-elle.

Trois jeunes filles canadiennes sur quatre, âgées de 14 à 24 ans, déclarent subir de la discrimination fondée sur le sexe.Extrait du rapport Photo : Radio-Canada

Méthodologie :

L'étude a été menée en ligne, au hasard, par Nanos Research entre le 30 août et le 14 septembre auprès de 1002 filles canadiennes. Les résultats ont été statistiquement vérifiés et pondérés par âge et par sexe en utilisant les dernières informations du recensement. Aucune marge d'erreur ne s'applique à cette recherche.

L'étude indique par ailleurs que l'incidence de harcèlement sexuel augmente à mesure que les filles vieillissent. Sept filles canadiennes sur dix (soit 72 %) âgées de 18 à 24 ans ont dit avoir une amie qui a subi du harcèlement sexuel.

Du côté de la discrimination fondée sur le sexe, 68 % des jeunes filles âgées de 14 à 17 ans déclarent subir de la discrimination sexuelle rarement, occasionnellement ou régulièrement. Ce chiffre augmente à 79 % chez les filles de 18 à 24 ans.

Deux jeunes filles canadiennes sur trois ont une amie qui a été victime de harcèlement sexuel.Extrait du rapport Photo : Radio-Canada

Les espoirs de #MoiAussi

Selon l'étude, plus de deux jeunes Canadiennes sur trois disent que le mouvement #MoiAussi leur a donné de l'espoir quant à l'avenir de l'égalité entre les sexes. Un fait qui réjouit la présidente et chef de la direction de Plan international Canada, Caroline Riseboro.

#MoiAussi a fait de cette année l'une des plus remarquables pour le mouvement de l'égalité entre les sexes. Cependant, les progrès sont beaucoup trop lents. Pour que les générations futures parviennent à l'égalité, nous devons tous nous unir pour défier la normalité que ces données nous présentent, nuance-t-elle.

Seulement 16% des filles disent se sentir complètement en sécurité dans des lieux publics.Extrait du rapport Photo : Radio-Canada

À cet égard, Plan international Canada a également lancé sa campagne #DefyNormal (ou « Défiez la norme », en français) sur les réseaux sociaux. L'objectif : que les jeunes filles aux quatre coins du globe partagent des photos d'elles sur lesquelles elles défient les stéréotypes associés à leur genre.

Par exemple, sur son compte Twitter, Plan international Canada publie cette photo, en inscrivant une donnée issue de l'UNICEF : Environ toutes les deux secondes, une fille de moins de 18 ans est mariée. La norme, c'est qu'on nie aux filles le droit d'atteindre leur plein potentiel. C'est la Journée de la fille, joignez-vous à nous pour défier la norme. 

L'organisation non gouvernementale a également lancé avec les Nations unies le mot-clic #JournéeDeLaFille, en plusieurs langues, dont l'anglais, le japonais et l'espagnol, en y associant un logo spécialement créé pour l'occasion. Celui-ci représente un poing levé symbolisant le pouvoir, la résilience et le potentiel des filles dans le monde, selon Plan international Canada.

Plus de deux jeunes filles canadiennes sur trois disent que le mouvement #MoiAussi leur a donné de l'espoir quant à l'avenir de l'égalité entre les sexesExtrait du rapport Photo : Radio-Canada

Du local à l'international

L'organisme Carrefour International, installé à Montréal et à Toronto, travaille essentiellement auprès des femmes et des filles dans les pays d'Afrique de l'Est et de l'Ouest. Chaque année, pour cette journée, un petit déjeuner est organisé pour recueillir des fonds pour les programmes de l'organisme.

Pour nous, c'est important de souligner cette journée pour faire prendre conscience aux gens qu'une fille, dans la vie, ne part pas avec les mêmes chances malheureusement qu'un garçon dans certains pays, explique la directrice générale de l'organisation, Carine Guidicelli.

Cette année, quelque 200 personnes sont venues écouter la conférencière sud-africaine Mpumi Nobiva, connue pour avoir été élève à l'internat pour filles Leadership Academy for Girls, financé par Oprah Winfrey et situé dans la province de Gauteng, en Afrique du Sud.

Mme Guidicelli rappelle que les problèmes de discrimination persistent aussi dans les pays développés. Elle cite en exemple la nomination controversée de Brett Kavanaugh en tant que juge à la Cour suprême des États-Unis.

Le droit des femmes recule un petit peu partout. Dans les pays dans lesquels nous travaillons, les principaux enjeux sont l'accès à l'éducation, l'accès à la santé et aussi les mariages précoces. Mais tout ça existe aussi ailleurs, même chez nous, et il faut rester vigilants.

Carrefour International fait aussi du travail de sensibilisation localement, souligne la gérante du développement des programmes de l'organisation, Danielle Laferté.

Il y a un lien, les droits qu'on défend pour ces jeunes filles [en Afrique] sont les mêmes que nous avons. Quand on réussit à renforcer les droits d'une population cible, ça renforce les droits de tout le monde. C'est mondial, tout comme la sensibilisation du public, conclut-elle.

La Journée internationale de la fille a été adoptée par les Nations unies en 2012. Elle avait d'abord été instaurée par Plan international Canada.

À lire en complément : 

L'étude de Plan international Canada, Les filles au Canada : l'égalité des sexes aujourd'hui (Nouvelle fenêtre) [en anglais uniquement]

Éducation

Société