•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un recomptage nécessaire pour rassurer la population, selon la nouvelle élue

Méganne Pery Mélançon élue dans la circonscription de Gaspé
Méganne Pery Mélançon élue dans la circonscription de Gaspé Photo: Radio-Canada

Heureuse d'être élue au terme d'un dépouillement judiciaire, la nouvelle députée péquiste de Gaspé, Méganne Perry-Mélançon, se dit soulagée du fait qu'on ait pu faire la lumière et clarifier le résultat des élections. Selon elle, un recomptage était nécessaire pour rassurer la population.

Un texte de Brigitte Dubé, avec la collaboration d'Isabelle Lévesque

Le 1er octobre, le libéral Alexandre Boulay l'avait emporté par 132 voix. Des irrégularités soulevées par le Parti québécois ont mené à un dépouillement judiciaire qui a donné la victoire au parti par 41 voix dans la circonscription de Gaspé.

Méganne Perry-MélanconMéganne Perry-Mélancon Photo : Radio-Canada / William Bastille Denis

Selon la députée, c’est la fameuse boîte 61, dont tous les bulletins avaient été d'abord attribués au Parti libéral, qui comportait le plus de diversité de votes. C’est là que le PQ a pris une avance de 59 voix, précise-t-elle. Il y a eu recomptage complet des 132 boîtes. Dans les 42 autres boîtes où des irrégularités avaient été rapportées, on a relevé surtout des erreurs de retranscription, mais pas de calcul, indique-t-elle.

Boîte de scrutin 61Dépouillement de la fameuse boîte 61 Photo : Radio-Canada

Rappelons qu’Alexandre Boulay a été le premier à demander, mercredi, une enquête approfondie du Directeur général des élections du Québec sur les circonstances entourant le cafouillage électoral. Le DGE vient d'ailleurs d'annoncer qu'il mènera cette enquête. Par voie de communiqué, il indique que chacune des étapes du dépouillement, le soir des élections, sera passée en revue.

Mme Perry-Mélançon souhaite aussi en savoir plus. On doit aller jusqu’au bout avec cette enquête-là, soulève-t-elle. Il faut savoir s’il y a eu manipulation volontaire ou involontaire.

C’est important de savoir d’où provient l’erreur. Personne ne méritait de se faire arracher la victoire ou de célébrer une fausse victoire.

Méganne Perry-Mélançon, députée de Gaspé

Première femme à être élue dans la circonscription de Gaspé, Méganne Perry-Mélançon fait donc passer le nombre de députés péquistes à l’Assemblée nationale à 10, plaçant son parti ex aequo avec Québec solidaire.

Ayant récolté un plus grand nombre de votes que Québec solidaire, le Parti québécois accède au titre de deuxième opposition. Le Parti libéral du Québec se retrouve quant à lui avec 29 sièges.

Enthousiasme du côté de ses collègues de l'Est

Le député péquiste de Matane-Matapédia et chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, se dit heureux d’accueillir une nouvelle députée au sein du caucus. Je suis d’autant plus heureux que je l’ai recrutée comme candidate, qu’elle incarne un renouveau et qu’elle est profondément attachée à la Gaspésie, commente-t-il.

Il estime que le dépouillement judiciaire était nécessaire pour que la démocratie s’exerce pleinement.

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, estime que l’élection d’une 10e députée péquiste permet à l’Est-du-Québec d’envoyer un message fort. Ça démontre que la renaissance du Parti québécois, ou du moins sa survie, est assurée par les gens des régions qui reconnaissent en nous un acteur important pour le développement des régions du Québec, souligne-t-il.

Par ailleurs, Sylvain Roy, accueille favorablement la décision du Directeur général des élections de procéder à une enquête sur la soirée électorale dans Gaspé. Il juge important de savoir si les erreurs rapportées étaient volontaires ou non.

Pour le député péquiste de Rimouski, Harold Lebel, cette victoire renforce la place du parti québécois dans l’Est-du-Québec. Elle envoie, dit-il, un signal fort de la part du Parti québécois et symbolise un renouveau.

Ça démontre que le Parti québécois, ce n’est pas le parti d’une seule génération, avance-t-il. Il y a des jeunes qui arrivent, des jeunes femmes.

M. Lebel fait valoir que le caucus du PQ atteint la zone paritaire avec 40 % de femmes.

Quant au député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, il dit comprendre parfaitement les émotions qu’a pu vivre Mme Perry-Melançon. Il a lui-même vécu un recomptage dans sa circonscription qui a finalement confirmé sa victoire.

Avec cette nouvelle collègue, M. Arseneau prévoit que son parti formera une deuxième opposition plus solide. On sera une opposition soudée, estime-t-il.

Politique provinciale

Politique