•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie déclenche une enquête après le lancement raté d'un vaisseau Soyouz

Le reportage de notre correspondante à Moscou, Tamara Alteresco
Radio-Canada

L'agence spatiale russe suspend tous les vols habités de la mission Soyouz après la perte d'une fusée jeudi matin à la suite d'une défaillance technique. Une suspension qui pourrait compromettre la mission de l'astronaute canadien David Saint-Jacques, prévue en décembre.

La capsule dans laquelle se trouvaient l'astronaute Nick Hague et le cosmonaute Alexeï Ovitchinine a été retrouvée à 450 kilomètres à l'est du site de lancement de Baïkonour, au Kazakhstan, à la suite d'un atterrissage d'urgence.

Le module habité s'est automatiquement séparé du lanceur MS-10, un peu moins de trois minutes après le décollage de la fusée qui l'emmenait vers la Station spatiale internationale (SSI), à la suite d’un problème de moteur. C'est une anomalie du propulseur d'appoint de la fusée qui est en cause, selon un communiqué de l'Agence spatiale canadienne.

La période de lancement est habituellement d’un peu moins de neuf minutes. Les étapes sont tellement importantes que s’il y a un problème, c’est impossible d’avoir la vitesse nécessaire pour rester en orbite.

Chris Hadfield, astronaute canadien ayant déjà volé dans un module Soyouz
Une traînée de fumée blanche dans le ciel.La destruction de la fusée Soyouz a laissé une longue trace de fumée dans le ciel. Photo : Reuters / Shamil Zhumatov

Chute vertigineuse

Le module spatial où se trouvait l'équipage, qui n'était pas encore en orbite, a aussitôt plongé vers la terre à une vitesse vertigineuse. Ralentie par un parachute géant, la capsule a pu se poser au sol sans compromettre la sécurité de l'Américain et du Russe.

Les deux hommes ont été retrouvés peu de temps après, sains et saufs, par des hélicoptères de sauvetage.

« Les cosmonautes sont vivants, ils ont atterri. Ils ont été récupérés et sont actuellement transportés à Djezkazgan », la ville kazakhe la plus proche du cosmodrome de Baïkonour, a déclaré un porte-parole de l'agence spatiale Roskosmos.

J’ai écouté les conversations entre Alexeï et le centre de contrôle de mission et il y avait beaucoup d’actions d’urgence de la part de l’équipage pour contrôler [la fusée] et faire le nécessaire pour l’atterrissage.

Chris Hadfield, astronaute canadien ayant déjà volé dans un module Soyouz

Missions suspendues jusqu'à nouvel ordre

Une fusée s,envole vers le ciel.La fusée MS-10 Soyouz a été détruite en vol après une panne de moteurs qui a compromis le vol. Photo : Reuters / Shamil Zhumatov

Le vaisseau Soyouz devait s'amarrer à la SSI environ 6 heures après son décollage de la base de Baïkonour, au Kazakhstan.

Toutes les missions spatiales habitées Soyouz ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre par les autorités russes, le temps d'enquêter sur les causes de cet incident, rapporte l'agence de presse russe RIA.

Cette suspension des vols habités est très importante dans la mesure où ce sont les vaisseaux Soyouz qui sont chargés depuis des années de ravitailler la SSI et de transporter les astronautes et cosmonautes qui y séjournent.

Or, il n’y a actuellement que deux vaisseaux Soyouz en service. L'un est arrimé à la Station spatiale après la réparation d'une fuite d'oxygène et l'autre s'est posé d'urgence jeudi matin au Kazakhstan.

Le programme de vol habité de Soyouz étant suspendu, l'équipage de la station spatiale qui terminait un cycle pourrait être contraint d'y rester encore un long moment, souligne l'astronaute canadien Chris Hadfield.

Il reste actuellement trois astronautes, un Américain, un Allemand et un Russe en orbite dans la station spatiale qui attendent un autre équipage. Ils sont seuls maintenant.

Chris Hadfield, astronaute canadien ayant déjà volé dans un module Soyouz

Bien que la station possède plusieurs mois de réserves d'oxygène, d'eau et de vivres et que des compagnies comme SpaceX peuvent y acheminer du ravitaillement, la santé physique et psychologique des trois hommes qui y seront confinés pour une période indéterminée pourrait compliquer les choses, souligne Chris Hadfield.

La mission de David Saint-Jacques compromise

Trois personnes en tenue d'astronaute.Anne McClain, Oleg Kononenko et David Saint-Jacques (à droite) devaient rejoindre tous les trois la Station spatiale internationale en décembre. Photo : Agence spatiale canadienne

Cette interdiction de vol pourrait sérieusement retarder, voire annuler la mission du Canadien David Saint-Jacques, qui devait s'envoler en décembre prochain pour la Station spatiale internationale à bord d’un vaisseau Soyouz.

Au cours de cette mission, l'astronaute canadien doit notamment procéder à une série de tests et d'expériences à caractère médical.

David Saint-Jacques se trouvait d'ailleurs à Baikonour, jeudi matin, lors de la perte du lanceur MS-10, où il servait de doublure pour l'un des membres de l'équipage.

L’Agence spatiale canadienne a fait savoir de son côté qu'elle attend de discuter avec ses partenaires avant de faire une quelconque annonce sur l'avenir de la mission de David Saint-Jacques.

Pour de qui est du calendrier de lancement pour les futurs équipages, il faut attendre les résultats de la commission d’enquête qui a été établie par l’agence spatiale russe Roskosmos pour identifier les causes de l’accident.

Gilles Leclerc, directeur général de l’exploration spatiale à l'Agence spatiale canadienne

« Ensuite, tout le calendrier des lancements d’astronautes et de cosmonautes futurs va être rétabli par la NASA en collaboration avec les partenaires internationaux », précise Gilles Leclerc de l'Agence spatiale canadienne, qui ajoute qu'un Canadien se rend environ tous les quatre ans à la Station spatiale internationale.

Espace

International