•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti libéral doit retourner à ses « racines nationalistes », dit Alexandre Taillefer

Plan rapproché d'Alexandre Taillefer.
L’homme d’affaires attribue la débandade du parti auprès des francophones à l’évaporation d’un certain nationalisme ou patriotisme québécois au sein de la formation politique. Photo: Radio-Canada / Martin Thibault
Radio-Canada

« Il faut repositionner le Parti libéral comme étant un parti davantage nationaliste, qui va se positionner dans la défense du français, de la culture québécoise et faire évoluer le fédéralisme au Canada. » Moins de deux semaines après l'échéance électorale, dans une entrevue exclusive, Alexandre Taillefer compare le Parti libéral du Québec (PLQ), dont il a présidé la campagne, à « une maison dont les fondations ont été secouées ».

Un texte d’Émilie Dubreuil

« C’est une catastrophe, une véritable catastrophe. » Alexandre Taillefer ne mâche pas ses mots lorsqu’il fait référence au fait que le PLQ a été déserté par le vote francophone le 1er octobre dernier. Un divorce qui mène à l’une des pires défaites du parti en 150 ans d’histoire.

Pourquoi le parti a-t-il disparu de l’Abitibi, de la Mauricie, de l’Estrie et des Laurentides? Pourquoi ne lui reste-t-il que 3 circonscriptions sur 22 en Montérégie? Pourquoi le parti a-t-il terminé quatrième dans 33 circonscriptions?

Le président de la dernière campagne libérale mentionne trois raisons pour expliquer la défaite cuisante. Il montre d’abord du doigt toutes les histoires de corruption qui ont entaché la réputation du parti.

Il y a eu une perte de confiance reliée à la commission Charbonneau qui a fait très mal à la franchise libérale et a laissé une image particulièrement négative chez les francophones.

Alexandre Taillefer

Les coupures et l’austérité budgétaire ont aussi fait mal au PLQ, selon lui.

L’homme d’affaires attribue également la débandade du parti auprès des francophones à l’évaporation d’un certain nationalisme ou patriotisme québécois au sein de la formation politique.

À la question de savoir si le fédéralisme affirmé de Philippe Couillard a peut-être contribué à ce refroidissement entre les francophones et les libéraux, il se contente de répondre : « Je pense qu’il y a moyen de repositionner le Parti libéral comme étant un parti davantage nationaliste. »

Alexandre Taillefer évoque avec emphase et admiration la loi 22, adoptée par le gouvernement libéral de Robert Bourrassa en 1974, et qui faisait du français la langue officielle du Québec.

« On a tendance à l’oublier, mais c’est un libéral qui a pavé la voie à la loi 101 », rappelle-t-il.

Il fait aussi référence au fameux discours de Robert Bourassa au lendemain de l’échec de l’accord du lac Meech, en 1990.

N’en déplaise à certains qui ne l’ont pas cru, je suis parfaitement convaincu que Bourassa était sincère lorsqu’il a déclaré à l’Assemblée nationale que le Québec était une société distincte, libre et capable d’assumer son destin.

Alexandre Taillefer

Il mentionne aussi Claude Ryan, Jean Lesage et George-Émile Lapalme. Bref, des exemples de « patriotes » néanmoins fédéralistes.

« Moi, je suis fondamentalement un nationaliste. Je suis très impliqué en culture. J’ai une propension à défendre le français. Pour moi, c’est extrêmement important. Je crois que le Parti libéral doit reconnecter avec ses racines nationalistes pour reconnecter avec les militants francophones et les régions. Le Parti libéral doit écrire un nouveau chapitre de son histoire et développer un plan ambitieux pour le Québec, en environnement, en culture, en économie », dit-il.

L’air de ne pas se rendre compte qu’il emploie des mots chers à René Lévesque, Alexandre Taillefer ajoute : « Il faut qu’on sente qu’on est un grand peuple. Nous avons un potentiel extraordinaire. Il faut aussi insuffler ce sentiment de fierté nationale aux gens qui choisissent de venir vivre chez nous. »

Émilie Dubreuil parle avec Alexandre Taillefer au centre-ville de Montréal.Notre journaliste Émilie Dubreuil avec Alexandre Taillefer Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

« J’en ai mangé toute une »

Alexandre Taillefer m’a donné rendez-vous dans un restaurant où l’on sert des produits locaux sur des nappes blanches, de la gastronomie à saveur locale pour gens d’affaires. Nous sommes au centre de la ville, à un jet de pierre des bureaux de son entreprise.

Le patron du restaurant vient le saluer : « Salut, comment ça va? Bienvenue chez nous! Dure campagne hein? »

« C’est la vie! C’est une belle façon d’apprendre, c’est un autre métier », lui répond Alexandre Taillefer, qui semble prendre avec philosophie ses débuts hasardeux dans l’arène politique.

« Ça a été une méchante varlope », dit-il en riant.

La nouvelle recrue était devenue en début de campagne l’objet de railleries, après son arrivée en grande pompe sur la ligne de départ pour diriger la campagne de Philippe Couillard et que le Parti libéral eut bombé le torse avec cette belle prise du monde des affaires.

« Je n’ai pas suivi le cours relations publiques d’un personnage politique 101. S’il y a, mettons, cinq choses à ne pas faire lorsqu’on est en politique, j’en ai fait disons trois, dont porter des lunettes de soleil dans une conférence de presse », ajoute-t-il en souriant.

D’ailleurs, après cette fameuse conférence de presse avec les lunettes de soleil, il s’était fait plus discret.

Quand je lui demande si les stratèges libéraux l’avaient alors mis de côté, il me répond que « ça ne s’est pas passé comme ça ».

Personne ne m’a muselé, mais j’ai bien compris que mon rôle était de m’assurer de ne pas nuire et de ne pas prendre trop de place dans les médias. Dans une campagne, il y a un porteur de ballon, et c’est le chef.

Alexandre Taillefer

L’implication politique ou le sens de la vie

Quand je lui demande s’il veut devenir chef du Parti libéral, Alexandre Taillefer répond qu’il est trop tôt pour répondre à cela. Le président de campagne ne souhaite pas de course à la direction avant 18 mois, voire 24.

Le travail à faire est herculéen. Il faut d’abord réparer la maison. Il ne s’agit pas de repeindre les murs et changer la carpette. Il faut abattre des murs et travailler aux fondations qui ont branlé un peu. Et je vais consacrer beaucoup d’efforts à faire cela.

Alexandre Taillefer

Plusieurs fois lors de notre entretien, qui durera près de deux heures, Alexandre Taillefer parle de « travailler la base », de retourner vers les militants. Je lui demande d’être plus précis. Que veut-il dire au juste? Qu’il y a un problème avec les militants?

« Oui. Il faut rebâtir le lien entre les organisations locales et la direction », assure-t-il.

Dans la même veine, M. Taillefer parle de l’importance des émotions. « Jean Charest était un grand tribun, mais il a déclenché un mouvement vers la droite du PLQ. Du même coup, le parti invitait le rationnel, il devenait le parti de l’économie, loin de l’aspect émotif qu’un projet politique peut susciter », pense-t-il.

Le président de la campagne de Philippe Couillard ajoute que son ancien chef, pour qui il dit avoir un immense respect, « avait un énorme quotient intellectuel, mais que son intelligence émotionnelle n’était pas sa plus grande force ».

Alexandre Taillefer s’est amené en politique après avoir lancé une compagnie de taxi, avoir acheté le magazine Voir, puis le magazine l’Actualité. Tout cela après avoir vécu le deuil immense d’un enfant et d’avoir fait un film documentaire sur le sujet.

On sent comme une frénésie chez lui, comme une sorte de syndrome d’hyperactivité, lui fais-je remarquer. Il réplique que c’est plutôt son appétit pour l’engagement social qui augmente.

« Quand tu as vécu certaines choses dans la vie, tu te demandes pourquoi tu es là, c’est quoi le sens de la vie. Comme je suis un progressiste, je veux travailler à l’égalité des chances, à une société plus juste », dit-il.

À savoir s’il veut devenir chef du PLQ, il répète qu’il n’a encore rien décidé, mais que c’est une possibilité.

« On verra dans 18 ou 24 mois. Je ne peux pas exclure cette option, de la même façon que je n’ai pas exclu d’être premier ministre un jour. »

Politique provinciale

Politique