•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être footballeur et avoir plus d'énergie grâce au végétalisme

Le reportage de Charles Lalande
Radio-Canada

Il y a trois ans, Marc-Olivier Brouillette a choisi d'adopter un régime végétalien. Le maraudeur des Roughriders de la Saskatchewan pense d'ailleurs qu'il est le premier joueur de la Ligue canadienne de football (LCF) à exclure tout aliment d'origine animale de son assiette.

Un texte de Charles Lalande

C’est sa conjointe, Brittany Knapp, qui l’a initié au végétalisme. Dès le début de leur relation, il y a trois ans et demi, ils ont pris l’habitude de cuisiner ensemble, mais il ajoutait toujours un morceau de viande pour compléter le repas.

Marc-Olivier Brouillette explique qu’il s'est mis à faire des recherches sur le sujet pour finalement opter, lui aussi, pour un mode de vie végétalien. Une décision qu’il ne regrette pas.

Au début, c’était strictement la nutrition. Au fur et à mesure, je suis devenu beaucoup plus conscient de ce qui touche notre planète, notre environnement, sur la cruauté envers les animaux. Ce sont des choses qui me tiennent à coeur.

Marc-Olivier Brouillette

L’athlète soutient que beaucoup de personnes lui ont répété que son nouveau mode de vie allait avoir des effets négatifs sur sa santé, qu’il allait avoir moins d’énergie, qu’il allait perdre du poids. « Au contraire, je suis même encore plus fort qu’avant », déclare-t-il.

Auparavant, l’homme de 32 ans admet qu’il pouvait consommer entre quatre à six cafés par jour pour avoir un niveau d’énergie adéquat. Depuis qu’il a éliminé la viande, le lait de vache et les oeufs de son alimentation, une seule tasse de café lui suffit amplement, explique-t-il.

Un plat dans lequel on voit des carottes râpées, des pois chiches, du tofu ainsi que du chou frisé.Le plat cuisiné par Marc-Olivier Brouillette : fond de riz brun, chou frisé, carottes râpées, pois chiches, tofu mariné dans le gingembre ainsi qu’une sauce au beurre d’arachides. Photo : Radio-Canada

Végétalisme

Il s'agit d'une alimentation qui ne contient aucun produit d'origine animale. Certaines personnes végétaliennes éliminent totalement les objets fabriqués à partir d’animaux de leur quotidien.

Conscientiser ses pairs

Après avoir annoncé sa retraite du football professionnel, en mai 2017, après sept saisons avec les Alouettes de Montréal, Marc-Olivier Brouillette a effectué un retour au jeu avec les Roughriders, quelques mois plus tard.

Le maraudeur affirme que l’équipe l’a accueilli à bras ouverts et qu’elle s’est adaptée à son régime alimentaire, même si cela exigeait d’apprendre de nouvelles choses.

« En avion, la compagnie aérienne prépare un repas spécialement pour moi. Lors de mon premier voyage, elle ne savait pas trop ce que c’était manger vegan. On m’a servi une poire, un gâteau de riz et une salade de fruits. Ce n’était pas vraiment un repas complet », raconte-t-il, le sourire aux lèvres.

Marc-Olivier Brouillette dit être conscient que son choix est plutôt marginal dans le monde du football. Plusieurs de ses coéquipiers sont de véritables carnivores qui se nourrissent essentiellement de viande, du déjeuner jusqu’au souper.

Il précise que plusieurs d’entre eux lui posent des questions sur le végétalisme et qu’il en profite alors pour tenter de les sensibiliser.

« Je veux leur expliquer le chemin parcouru par la viande pour se rendre dans leur assiette. Je n’entre pas dans l'affrontement. Je les informe et ils font ce qu’ils veulent après. Si quelqu’un consomme une poitrine de poulet par semaine, pour moi, c’est une victoire. C’est la vie d’un poulet qui vient d’être sauvée », souligne-t-il.

Le footballeur n’est plus le seul végétalien des Roughriders. Le receveur Marcus Thigpen a récemment décidé d’adopter ce régime. Ailleurs dans la LCF, Marc-Olivier Brouillette croit que John Rush, des Blue Bombers de Winnipeg, est également végétalien.

Il y a eu l'image qu'un végétalien est un hipster ou un granola, mais en tant qu’athlète professionnel, je suis un bel exemple que c’est faux.

Marc-Olivier Brouillette

Vers la promotion de son mode de vie

Le diplômé en droit de l’Université de Montréal ne cache pas son intérêt à poursuivre une carrière dans ce domaine, lorsqu’il aura « déposé ses épaulettes pour de bon ».

Il précise toutefois qu’il ne compte pas devenir un avocat traditionnel. Il préférerait « utiliser ses connaissances pour le mieux », que ce soit en sport ou même en droit animalier.

Marc-Olivier Brouillette précise qu'il est présentement en discussion avec un groupe qui fait la promotion du végétalisme notamment dans le but d’offrir des conférences.

Football

Sports