•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau traitement d'immunothérapie à l'essai au CHUS

Des noix, des arachides et du beurre d'arachide
Des noix, des arachides et du beurre d'arachide Photo: iStock / ALLEKO

Un espoir se dessine pour les personnes qui souffrent d'allergies alimentaires. Un traitement prometteur déjà implanté à l'hôpital Sainte-Justine de Montréal fait maintenant l'objet d'un projet pilote en clinique externe au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).

Ce traitement d'immunothérapie orale consiste à désensibiliser les patients par l'ingestion graduelle de l'aliment allergénique.

C'est en train de changer la manière de traiter les patients qui souffrent d'allergies alimentaires, mentionne la Dre Chantal Lemire, allergologue-immunologue pédiatrique au CHUS.

On donne une dose de l'aliment auquel la personne est allergique, mais on commence vraiment avec de toutes petites doses. Un moment donné, on va arriver à une dose où l'enfant va déjà être capable de consommer des "peut contenir des traces". Ç'a l'air bête, mais imaginez tout ce que quelqu'un doit faire quand il faut toujours qu'il évite ces aliments, explique-t-elle.

Deux jeunes patients sont actuellement suivis et les résultats sont encourageants. Un troisième patient s'ajoutera en décembre. La désensibilisation face à certains allergènes existe depuis une centaine d'années. La technique permet de soigner le rhume des foins ou encore une allergie au venin de guêpe, mais, jusqu'à maintenant, les allergies alimentaires ne profitaient pas de cette technique.

On les observe une heure pour être sûr qu'il n'y a pas de symptômes qui apparaissent et quand tout est beau, à la fin de l'heure, ils peuvent repartir avec les doses qu'on a préparées pour deux semaines, indique l'infirmière-clinicienne Fannie Allard.

Au Québec, 60 000 enfants souffrent d'allergies alimentaires, soit trois fois plus qu'il y a 10 ans.

Estrie

Santé