•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gestion des catastrophes : les leçons du drame de Humboldt

Le directeur municipal et le chef des pompiers de Humboldt, en Saskatchewan ont raconté aux participants leur expérience dans la gestion du drame.
Le directeur municipal et le chef des pompiers de Humboldt, en Saskatchewan, ont raconté aux participants leur participation à la gestion du drame qui a frappé leur communauté. Photo: Radio-Canada

Peut-on vraiment se préparer au pire? Deux responsables de la Ville de Humboldt, en Saskatchewan, parlent de ce qu'ils ont vécu lors de l'accident tragique qui a coûté la vie à plusieurs membres de l'équipe de hockey junior des Broncos, en avril dernier.

Un texte d'Abdoulaye Cissoko

Le directeur général de la ville de Humboldt, Joe Day, et le chef des pompiers, Mike Kwasnica, ont retenu l'attention d'une centaine de personnes venues assister à leur présentation, dans le cadre d'une conférence sur la gestion des catastrophes organisée par la province du Manitoba.

Pendant près de deux heures, ils ont abordé les défis auxquels ils ont fait face dans les premières heures qui ont suivi l'accident, et expliqué comment leurs services respectifs ont réagi après avoir été informés de la tragédie.

La collision entre un semi-remorque et l'autocar qui transportait des membres de l'équipe de hockey junior est survenue dans l'après-midi du vendredi 6 avril, au sud de Nipawin. L'accident, qui a fortement secoué la communauté, a fait 16 mort et 13 blessés, soulevant une vague de compassion partout au pays.

Ce jour-là, Joe Day se trouvait chez lui lorsque des collègues ont frappé à sa porte. « J'ai compris tout de suite que quelque chose d'important s'était passé », dit-il.

Selon lui, le premier grand défi a été de gérer l'avalanche d'information sur les médias sociaux. « Il y avait beaucoup de rumeurs et nous n'avions aucune information des canaux officiels. La GRC n'avait pas publié d'information, car elle était occupée à identifier les victimes », dit-il.

Mike Kwasnica indique pour sa part que, pendant les trois premières heures, il ne savait pas grand-chose de ce qui se passait réellement. « [Mais] au fur et à mesure que les heures avançaient, les choses prenaient de l'ampleur, et c'était difficile », explique-t-il.

La réaction immédiate des autorités

Après la confirmation de la nouvelle, la décision a été prise de mettre en place un centre de crise et un kiosque d'information au centre des congrès local, où des ressources étaient offertes pour offrir de l'aide aux personnes qui en auraient besoin.

Selon le chef des pompiers de Humboldt, durant la seule nuit de vendredi à samedi, des centaines de personnes ont transité par le centre. « Nous avons tout de suite compris que nous aurions besoin d'offrir de l'aide psychologique. Nous étions aussi en contact permanent avec la GRC et les responsables de l'équipe des Broncos qui communiquaient avec les familles », explique Mike Kwasnica.

Le chef des pompiers de Humboldt, Mike Kwasnica  et Joe Day, directeur municipal. Le chef des pompiers de Humboldt, Mike Kwasnica, et Joe Day, directeur municipal. Photo : Radio-Canada

Il précise que l'équipe municipale du centre d'intervention d'urgence et celle de la GRC faisaient le point toutes les heures.

Mike Kwasnica explique qu'il a aussi fallu gérer l'émotion à une grande échelle parce que beaucoup de personnes étaient touchées d'une façon ou d'une autre par le drame. « C'est seulement dimanche que nous avons eu la confirmation de toutes les personnes mortes dans l'accident. Après, il a fallu transmettre l'information aux médias et faire des entrevues », note Mike Kwasnica.

Il ajoute que dans la petite communauté de Humboldt, personne n'était préparé à faire face à l'intérêt suscité par cet accident, sur le plan national aussi bien qu'international.

Quelques leçons tirées de cette tragédie, selon les responsables

  1. Ne jamais sous-estimer la valeur de son réseau et de ses collègues.
  2. Ne pas refuser l'aide proposée.
  3. Les municipalités devraient offrir de la formation pour favoriser une meilleure prise en charge des traumatismes sur le plan psychologique.
  4. Bien connaître le rôle des médias dans de telles circonstances.

Les deux intervenants affirment que, malgré tous les préparatifs, il y a toujours des impondérables.

Joe Day et Mike Kwasnica disent que personne ne pouvait anticiper les répercussions d'un tel drame sur le plan psychologique, ainsi que son effet médiatique.

« Nous tentions de répondre à chaque situation qui se présentait à nous. Au moment de planifier la veillée à la chandelle, nous ne savions pas quelle en serait l'ampleur, alors nous avons décidé d'organiser la plus grande cérémonie possible. Il y avait des milliers de personnes, pour une communauté de 6000 habitants. C'était un grand défi », souligne le chef des pompiers de Humboldt.

Manitoba

Accidents et catastrophes