•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sommet à Mississauga pour améliorer l'intégration des immigrants francophones

Rose Cathy Handy est présidente de Bilingual Link, une entreprise de recrutement et de placement d'employés bilingues.
L'une des participantes au sommet, Rose Cathy Handy, qui est présidente de Bilingual Link, une entreprise de recrutement et de placement d'employés bilingues. Photo: Radio-Canada

Le ministère de l'Immigration du Canada rencontre des membres du Réseau en immigration francophone du Sud de l'Ontario dans le cadre d'un Sommet régional en établissement francophone. Au coeur des discussions, les enjeux reliés aux nouveaux arrivants.

Un texte de Marie-Michelle Lauzon

Plusieurs organismes de l'Ontario participent à l'événement qui se déroule à Mississauga les 10 et 11 octobre.

L'objectif est de trouver des solutions afin d'augmenter le nombre d'immigrants francophones et d'améliorer leur intégration. Rappelons que la province peine à atteindre son objectif d'accueillir 5 % de francophones parmi les immigrants qui s'établissent en Ontario chaque année.

Le Sommet régional en établissement francophone se tient à Mississauga le 10 et 11 octobre 2018.Le Sommet régional en établissement francophone se tient à Mississauga le 10 et 11 octobre 2018. Photo : Radio-Canada

Le Sommet aborde ces thèmes :

  1. La vision du ministère de l'Immigration du Canada concernant le parcours d'intégration des francophones
  2. La mise en œuvre des nouvelles initiatives du Plan d'action pour les langues officielles 2018-2023 en appui au parcours d'intégration francophone
  3. L'appui au secteur d'établissement francophone

Parmi les solutions proposées, un meilleur encadrement des nouveaux arrivants, la consolidation des services d'établissement francophones, mieux identifier les communautés francophones accueillantes et accompagner davantage les travailleurs dans leur recherche d'emploi.

Rose Cathy Handy, qui est présidente de Bilingual Link, une entreprise de recrutement et de placement d'employés bilingues, trouve que les ressources pour les travailleurs francophones sont suffisantes, mais le problème c'est qu'elles sont méconnues.

Souvent, les gens ne savent pas qu'il existe des ressources, c'est ça qui pénalise les travailleurs. Il faut mettre l'accent sur l'accès à l'information.

Rose Cathy Handy, présidente de Bilingual Link

La décision de Doug Ford d'abolir le ministère des Affaires francophones et le ministère des Affaires civiques et de l'Immigration inquiète plusieurs intervenants.

Le directeur du Réseau de soutien à l'immigration francophone du sud de l'Ontario, Alain Do Bi, ne cache pas sa déception. Il craint que ces changements ne ralentissent l'avancement des dossiers francophones.

Alain Do Bi, directeur du Réseau de soutien à l'immigration francophone du sud de l'Ontario. 
Alain Do Bi, directeur du Réseau de soutien à l'immigration francophone du sud de l'Ontario. Photo : Radio-Canada

Maintenant, avec l'abolition du ministère, les responsabilités francophones ont été divisées, c'est difficile de savoir à qui parler.

Alain Do Bi, directeur du RIF

Les immigrants francophones représentent 13 % des francophones de la province.

Windsor

Francophonie