•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DPJ : baisse des signalements en Gaspésie et aux Îles, mais situation préoccupante chez les Autochtones

enfant DPJ
enfant DPJ Photo: CIUSSS
Radio-Canada

Le nombre de signalements retenus par la Direction de la protection de la jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine a connu une baisse de 9 % au cours de la dernière année, mais la situation demeure particulièrement critique au sein la communauté micmaque de Listuguj dans la Baie-des-Chaleurs.

Un texte de Martin Toulgoat.

Six cent trente-trois signalements ont été retenus par la DPJ en Gaspésie et aux Îles en 2017-2018. La négligence, les mauvais traitements psychologiques et les abus physiques sont les principales raisons qui ont justifié l'intervention de ressources en protection de la jeunesse.

Dans la communauté de Listuguj, qui compte un peu plus de 1200 personnes, l’organisme de protection des enfants a retenu la majorité des signalements pour un total de 61.

En comparaison, dans la région, c’est en Haute-Gaspésie où les signalements retenus sont les plus élevés avec 112, mais pour une population de 11 300 personnes.

Deux enfants font du vélo dans la rue, sous un ciel bleu.La réserve micmaque de Listuguj Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

Je ne pourrais pas parler d’une problématique particulière à la communauté de Listuguj. Il y a de la négligence, de la pauvreté, comme pour les enfants ailleurs au Québec.

Michelle Frenette, directrice intérimaire, Direction de la protection de la jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Selon Mme Frenette, les communautés autochtones de la Gaspésie travaillent, par contre, en étroite collaboration avec la DPJ, mais profitent aussi de ressources au sein de la communauté pour éviter que les enfants qui doivent être pris en charge soient accueillis dans une famille d’accueil à l’extérieur de la réserve.

Nos communautés ont leur famille d’accueil, ont leurs services de réadaptation aussi, justement pour permettre la préservation de l’identité culturelle et le maintien dans les familles qui proviennent de communautés autochtones, explique-t-elle.

Intervenants dévoués, mais épuisés?

Pour ce 15e bilan annuel les directions de la protection de la jeunesse ont voulu souligner la contribution des intervenants qui accompagnent les jeunes dans leur cheminement personnel avec le thème La cause des enfants tatouée sur le cœur.

Audrey O'Connor, intervenante à la Direction de la protection de la jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et Michelle Frenette, directrice intérimaire de l'organisme provincialAudrey O'Connor, intervenante à la Direction de la protection de la jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et Michelle Frenette, directrice intérimaire de l'organisme provincial Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Cependant, leur syndicat a profité de cette occasion pour souligner l’épuisement et la surcharge de travail qui frapperaient de plus en plus d’intervenants de la région comme les travailleurs sociaux.

L'Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (APTS) avance que le taux de roulement à la DPJ Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est actuellement de 14 % et les départs de 11 % par rapport au total d’employés œuvrant auprès des jeunes.

Guylaine Michel, représentante pour la Gaspésie à l'Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (APTS).Guylaine Michel, représentante pour la Gaspésie à l'Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (APTS). Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Si on regarde une charge de travail normale, pour un intervenant à la protection de la jeunesse, c'est de prendre soin de 18 enfants et, présentement, on a des intervenants sur le terrain qui ont des charges de travail de 20 à 28 enfants.

Guylaine Michel, représentante régionale, Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux

Par ailleurs, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie et des Îles confirme que le taux d'assurance salaire en lien avec des congés maladies atteignait 12 % en 2017 chez les employés de la protection de la jeunesse et des programmes jeunesse, ce qui est plus élevé qu’ailleurs dans le réseau de la santé gaspésien.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Enfance