•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parler français : un atout comme candidat à Vancouver?

Les trois candidats qui marchent sur la 7e avenue à Vancouver

Bruno Baronet, Stéphanie Descôteaux et Elizabeth Taylor sont les trois candidats francophones du parti Vancouver 1st.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des candidats francophones à Vancouver, il y en a quelques-uns. Mais un parti qui recrute des gens en grande partie parce qu'ils parlent le français, c'est plus rare. Rencontre avec trois candidats du parti Vancouver 1st.

Un article de Julie Landry

Elizabeth Taylor, Stéphanie Descôteaux et Bruno Baronet se lancent tous les trois en politique municipale pour la première fois. Ils veulent du changement pour la ville de Vancouver et ont été séduits par le plan, l’équipe et le chef du parti Vancouver 1st.

Bruno Baronet, accoté sur une barrière de métal sur la 7e avenue de VancouverAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bruno Baronnet croit en l'importance des programmes d'immersion française

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Bruno Baronet, qui convoite un des postes de commissaire scolaire, admet ne pas avoir pu refuser quand il a été approché. « On m’a approché pour faire partie de Vancouver 1st parce que j’étais francophone. D’avoir des candidats francophones, c’était très important pour le candidat à la mairie Fred Harding », raconte-t-il. Et une victoire de son parti signifierait une oreille pour les francophones.

D’avoir trois francophones, dans le même parti, si on est élus, ce serait une première historique pour Vancouver.

Bruno Baronet, candidat à la commission scolaire de Vancouver
Elizabeth Taylor, devant une colone de béton et du feuillage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Elizabeth Taylor voudrait développer la personnalité de Vancouver par le biais des arts

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Elizabeth Taylor, qui veut être conseillère municipale de Vancouver, trouve que les francophones ne sont pas assez représentés à la Ville. « Les francophones sont impliqués, mais ce n’est pas encore assez visible. » Elle voudrait plus de français visible dans les services municipaux, mais aussi dans les commerces de Vancouver. La candidate, qui veut miser sur les arts dans la ville, croit que les francophones peuvent en faire plus pour donner de la personnalité à sa métropole.

On pourrait vraiment moderniser la façon dont on encourage les arts, puis je pourrais commencer avec la francophonie parce que ça fait longtemps [que les francophones] sont ici et ils ont beaucoup à offrir.

Elizabeth Taylor, candidate pour devenir conseillère de Vancouver
Stéphane Descôteaux, accotée sur une barrière de métal devant la 7e avenue de Vancouver.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stéphanie Descôteaux constate l'inquiétude des parents qui veulent voir la préservation des programmes d'immersion française.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Stéphanie Descôteaux commence toujours ses présentations par quelques mots en français. Elle veut devenir commissaire scolaire pour, entre autres, travailler pour garder et augmenter le nombre de programmes d’immersion française. Elle croit aussi qu’elle pourrait se servir de sa langue pour créer des liens entre le Vancouver School Board et le Conseil scolaire francophone. « Juste le fait de pouvoir accéder au Conseil scolaire francophone, qu’ils aient une écoute francophone, que je puisse communiquer en français avec eux, je crois que c’est un bon atout. »

La priorité des trois candidats :

  • Elizabeth Taylor : rendre la ville de Vancouver plus excitante
  • Stéphanie Descôteaux : offrir une formation en matière de finances aux enfants dans les écoles
  • Bruno Baronet : offrir des programmes parascolaires, comme la programmation et l’utilisation d’imprimante 3D

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !