•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Première Nation de Grassy Narrows déclare sa souveraineté territoriale

Première Nation de Grassy Narrows dans le Nord-Ouest de l'Ontario.
Les lacs et les rivières du système English-Wabigoon, où s’approvisionne directement la Première Nation, ont des niveaux de mercure en croissance et jusqu’à 20 fois supérieurs à la norme. Photo: Radio-Canada / Martine Laberge
Radio-Canada

Asubpeeschoseewagong Anishinabek, la Première Nation de Grassy Narrows en Ontario, déclare que son territoire est souverain et protégé de l'exploitation forestière industrielle.

La déclaration de la Première Nation de Grassy Narrows (Asubpeeschoseewagong Anishinabek Aaki) énonce un certain nombre de principes. Elle interdit toute exploitation industrielle sur le territoire de Grassy Narrows et affirme que la communauté prendra ses propres décisions quant à l'utilisation des terres.

Nous disons aux gouvernements provincial et fédéral que nous sommes souverains sur notre territoire et que nous ne voulons pas d’activité forestière – ou de toute autre sorte d’activité industrielle – sur notre territoire ancestral sans notre permission.

Rudy Turtle, chef de la Première Nation de Grassy Narrows

La déclaration invite les gouvernements de l’Ontario et du Canada à respecter les décisions de Grassy Narrows et à aider les dirigeants et les citoyens à rétablir leur santé, leur mode de vie et leurs moyens de subsistance, qui ont tous été durement touchés par la contamination au mercure et les coupes forestières industrielles.

Depuis 2017, la forêt Whiskey Jack qui se trouve sur les terres ancestrales de la communauté n’est plus exploitée. La ministre des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario de l’époque, Kathryn McGarry, avait alors accordé un moratoire de cinq ans sur l’activité forestière.

Toutefois, dans une lettre datée du 9 février 2017, adressée à l’ex-chef de la Première Nation, Simon Fobister, Mme McGarry précise que son ministère continuera de s’entretenir avec la communauté et les autres parties de la région [...] afin de considérer les options futures pour toute, ou une partie de, la forêt Whisky Jack de 2022 à 2032, pour lesquelles la planification commencera en 2019.

Cette planification inquiète le chef Turtle, alors qu'il se prépare à accueillir le ministre des Richesses naturelles et des Forêts Jeff Yurek ce vendredi.

Il souhaite voir les terres ancestrales de Grassy Narrows exclues du plan d'exploitation.

En plus, en ce qui a trait aux activités minières et forestières, dit-il, nous n’en avons jamais tiré profit du tout, ajoute-t-il. Nous n’avons jamais reçu un cent.

Interrogé à savoir s’il respectera le moratoire jusqu’en 2022, le ministre Yurek a répondu dans une déclaration écrite que le ministère assure que les avis de la Première Nation de Grassy Narrows et des autres communautés autochtones sont considérés dans toutes les décisions concernant la foresterie et la gestion des ressources naturelles.

Une affiche d'avertissement de pollution de l'eau.La présence de mercure à Grassy Narrows est connue depuis plusieurs décennies. Photo : Radio-Canada / Jody Porter/CBC News

La communauté de Grassy Narrows lutte contre la contamination au mercure depuis les années 60, alors que neuf tonnes de cette neurotoxine furent déversées dans les rivières English et Wabigoon.

On s’inquiète pour notre territoire, explique le chef Turtle. Ça affecte notre santé, ça l’affecte notre mode de vie.

Selon une recherche scientifique publiée en septembre 2016, plus de neuf résidents sur 10 montrent des signes d’empoisonnement au mercure. Plusieurs études démontrent que l’exploitation forestière, en particulier les coupes à blanc, augmente la contamination au mercure dans les cours d’eau environnants.

Autochtones

Politique