•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lock-out à l'ABI : le syndicat demande l'intervention de François Legault

Le directeur québécois du syndicat des Métallos Alain Croteau et le président de la section locale 9700 du syndicat des Métallos, Clément Masse.
Le directeur québécois du syndicat des Métallos Alain Croteau et le président de la section locale 9700 du syndicat des Métallos, Clément Masse. Photo: Radio-Canada / Pierre Marceau
Radio-Canada

Neuf mois après le début du lock-out, le syndicat des travailleurs de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) accuse la direction de ne pas vouloir régler le conflit de travail. Il demande l'intervention du nouveau premier ministre désigné du Québec, François Legault, dans le dossier.

Le directeur québécois du syndicat des Métallos Alain Croteau rappelle que François Legault s’était engagé à régler le conflit de travail s’il était élu. Il souhaite maintenant qu’il passe à l’action.

Le député caquiste élu de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, avait reproché au gouvernement libéral de ne pas être suffisamment intervenu dans le conflit de travail de l’ABI.

Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, en entrevueLe député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, suit de près le conflit de travail à l'ABI. Photo : Radio-Canada

Donald Martel croit que le futur gouvernement que formera la Coalition avenir Québec ne tardera pas à se mêler du dossier.

Il faut que le gouvernement joue un rôle beaucoup plus proactif dans ce dossier-là. Je suis à peu près certain que c’est ce que nous allons faire.

Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel
Des travailleurs bloquent la sortie de voitures à l'usine d'ABI à BécancourLa tension monte à l'aluminerie de Bécancour où des travailleurs ont retardé, mercredi, la sortie de cadres qui opèrent l'usine d'ABI. Photo : Radio-Canada

L’employeur « de mauvaise foi » selon le syndicat

Le syndicat soutient que la section locale a démontré de l’ouverture, « sans trouver de réponse équivalente de la part de la compagnie » peut-on lire dans un communiqué.

Le syndicat représentant 1030 travailleurs a rencontré ses membres mardi soir. Il accuse l'employeur d'être responsable de la suspension du processus de médiation par Lucien Bouchard, annoncée vendredi dernier.

Le président de la section locale des Métallos à l’ABI, Clément Masse, explique que l’employeur est revenu sur sa parole à quelques reprises à la table des négociations. L’employeur revient même sur des documents sur lesquels il avait déjà apposé sa signature, s’est indigné le leader syndical.

« On ne lâchera pas le combat »

Gens de l'exécutif du syndicat à une table face aux travailleursLes 1030 syndiqués de l'ABI étaient convoqués en assemblée générale mardi, au centre des congrès, à Trois-Rivières. Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Les représentants syndicaux n’ont pas l’intention de baisser les bras.

Le directeur québécois des Métallos-FTQ Alain Croteau affirme que le syndicat n’en est pas à ses premières batailles.

Je peux vous assurer qu’on ne lâchera pas le combat tant qu’on ne rentrera pas dans cette usine-là debout.

Alain Croteau, directeur québécois du syndicat des Métallos-FTQ

Les 1030 syndiqués de l’Aluminerie de Bécancour ont été mis en lock-out le 11 janvier dernier par Alcoa et Rio Tinto.

Mauricie et Centre du Québec

Politique