•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Absence de l'Ontario au Sommet de la Francophonie : la ministre s'explique

Une dame.
Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La ministre déléguée aux Affaires francophones a expliqué la raison pour laquelle il n'y a pas de représentant du gouvernement de l'Ontario au Sommet de la Francophonie qui se déroule en Arménie.

Caroline Mulroney était de passage mardi soir à Kapuskasing pour rencontrer des gens d'affaires francophones du nord afin de discuter d'emplois et d'économie.

La ministre Mulroney a expliqué que l'Ontario n'allait pas se retirer de l'Organisation internationale de la Francophonie. Elle a plutôt justifié son absence du Sommet en Arménie en désignant la situation financière héritée des libéraux.

Elle dit reconnaître l'importance de la participation à la francophonie, notamment sur le plan économique, mais affirme préférer se concentrer sur les besoins des francophones d'ici. J'ai fait le choix de ne pas faire ce voyage coûteux en Arménie avec une délégation de l'Ontario. Plutôt, ce que je voulais faire, c'est de passer plus de temps ici dans le territoire pour rencontrer les Franco-Ontariens, pour parler directement avec eux de ce qu'ils pensent [être] les enjeux importants.

Pour moi dans ce cas-ci, surtout au début de mon mandat, je pensais que c'était plus important [...] d'être ici que d'être en Arménie.

Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario

L'Ontario doit payer des frais annuels de 17 000 $ à l'Organisation internationale de la Francophonie pour maintenir son statut d'observateur, précise le bureau de la ministre Mulroney.

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin, fait partie de la délégation canadienne au 17e Sommet de la Francophonie.

Politique provinciale

Politique