•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ouragan Michael sème la destruction en Floride et frappe la Georgie

Le reportage de notre correspondant Raphaël Bouvier-Auclair
Radio-Canada

Après avoir frappé la côte de la Floride, où il a fait une victime, l'ouragan Michael a perdu de la vigueur avant de gagner le sud-ouest de la Georgie, mercredi soir.

Le puissant ouragan Michael, alors de catégorie 4, a frappé le nord-ouest de la Floride en après-midi, submergeant des quartiers et détruisant des maisons avant de poursuivre sa trajectoire vers le nord-est des États-Unis.

Rétrogradé à la catégorie 3, l'ouragan a balayé le sud-ouest de la Georgie en soirée, avec des vents de 185 km/h. À 20 h (HAE), il avait faibli pour devenir un ouragan de catégorie 1.

L'ouragan, que le Centre national des ouragans (NHC) a qualifié d'« extrêmement dangereux », a battu la côte floridienne avec des vents violents avoisinant les 250 km/h, accompagnés de rafales puissantes et de vagues déferlantes. La force de l'ouragan s'approchait de la catégorie maximale sur une échelle qui en compte 5.

L'ouragan Michael

Il s’agit de l’ouragan le plus puissant à avoir frappé le nord-ouest de la Floride, une région surnommée Panhandle, depuis l'enregistrement de telles données, et aussi du plus puissant à avoir touché la partie continentale des États-Unis en près de 50 ans.

Il a touché terre aux alentours de 13 h 30 (HAE) près de la ville touristique américaine de Mexico Beach, dans le golfe du Mexique.

Avant son arrivée, on prévoyait que les précipitations pourraient atteindre 30 cm et que l'onde de tempête gonflerait jusqu’à 4 mètres.

Toitures déchiquetées, maisons ouvertes par des arbres déracinés, panneaux de signalisation arrachés : les dégâts sont considérables, notamment dans la ville de Panama City.

L'ouragan Michael a notamment endommagé des édifices et inondé une rue de Panama City.L'ouragan Michael a touché durement le nord-ouest de la Floride, notamment Panama City. Photo : Getty Images / Joe Raedle

Les autorités floridiennes ont déploré un mort. Le shérif du comté de Gadsen a précisé que l’homme avait été tué par un arbre tombé sur le toit d’une maison.

Quelque 388 000 abonnés sont en outre privés d’électricité.

Puisant notamment de l'énergie des températures anormalement chaudes des eaux du golfe, la tempête a rapidement gagné en force, passant de dépression tropicale ce week-end à ouragan de catégorie 2 mardi, puis de catégorie 4 tôt mercredi.

Début des opérations de secours

Une femme regarde sa maison complètement détruite à Panama City, en Floride.L'ouragan Michael a semé la destruction dans le nord-ouest de la Floride. Photo : Associated Press / Pedro Portal

Le gouverneur de la Floride, Rick Scott, a indiqué en point de presse tenu en soirée que les équipes de recherche et de sauvetage se dirigeaient vers les régions les plus durement touchées pour aider les survivants. Il a pressé ses concitoyens à éviter les routes de façon à permettre aux équipes de secours de circuler plus facilement.

Les autorités ont déploré que de nombreux habitants aient boudé l’ordre d’évacuation.

L'Agence fédérale de gestion des situations d'urgence (FEMA) estimait à 500 000 le nombre de Floridiens visés par un ordre d'évacuation ou appelés à trouver refuge dans un endroit sécuritaire dans 20 comtés s'étendant sur 320 km de littoral.

Le gouverneur Scott a déclaré l'état d'urgence dans 35 comtés jusqu'à la capitale Tallahassee. Son homologue de la Georgie, Nathan Deal, a fait de même pour 92 comtés de son État mardi.

Selon la Croix-Rouge américaine, 320 000 personnes n'ont pas tenu compte de ces avis d'évacuation obligatoires ou volontaires.

Le gouverneur Scott avait appelé les citoyens visés par des ordres d'évacuation à quitter les zones à risque avant qu'il soit trop tard.

Ils ont peut-être le droit constitutionnel d'être des idiots, mais ils n'ont pas le droit de mettre tout le monde en danger.

Michael Adkinson, shérif du comté de Walton

L'ouragan n'a pas empêché le président Donald Trump de participer en soirée à un rassemblement partisan à Erie, en Pennsylvanie, au cours duquel il a assuré que les États-Unis priaient pour les personnes sinistrées.

Plus tôt, il a précisé qu’il irait sur le terrain après les opérations de sauvetage.

Les États voisins en alerte

Les météorologues prévoient que les vents destructeurs et les précipitations se déchaîneront jusqu'aux Carolines, qui se remettent encore des inondations épiques causées par l'ouragan Florence.

L’Alabama et la Virginie risquent fort d’être touchés par d’intenses précipitations.

Quelque 2500 membres de la Garde nationale ont été déployés dans la région pour aider la population à procéder aux évacuations ou à se préparer à l'arrivée de l'ouragan. Environ 4000 autres sont mobilisés et 17 000 employés de la voirie et du bâtiment sont en état d’alerte.

Dans les comtés du nord-ouest de la Floride, les établissements scolaires et universitaires ainsi que les bureaux administratifs ont été fermés jusqu'à la fin de la semaine.

Avec les informations de Associated Press, Reuters, et Agence France-Presse

Incidents et catastrophes naturelles

International