•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conseil municipal de Tracadie : une situation précaire

À la table du conseil municipal de Tracadie, on compte deux chaises vides de plus depuis la semaine dernière

À la table du conseil municipal de Tracadie, on compte deux chaises vides de plus depuis la semaine dernière

Photo : René Landry

Radio-Canada

La série de démissions de membres du conseil municipal de la Municipalité régionale de Tracadie inquiète les élus qui ont choisi de demeurer en poste.

Un texte de René Landry

La semaine dernière, les conseillers municipaux André Saulnier et Raymonde Robichaud ont claqué la porte du conseil municipal. Le printemps dernier, ils avaient été précédés par Denis McLaughlin et Norma McGraw.

Mardi soir, ceux et celles qui restent au conseil municipal n'ont pas caché leur inquiétude quant à la suite des choses. Les six conseillers et le maire étaient tous présents à la réunion ordinaire du conseil. Mais certains, dont Jolain Doiron, sentent que tout ne tient qu'à un fil.

Présentement, on est rendus à sept autour de la table du conseil, six conseillers et le maire, explique Jolain Doiron. Mais pour avoir le quorum, on doit être six à chaque réunion, même si on n'est que sept. Les élections complémentaires seront seulement le printemps, au mois de mai. Donc, pendant plusieurs mois, on devra fonctionner à sept autour de la table.

Jolain Doiron, conseiller municipal de TracadieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jolain Doiron, conseiller municipal de Tracadie

Photo : René Landry

Il précise que des situations malheureuses ou imprévues peuvent toujours survenir.

L'hiver s'en vient, il peut y avoir des maladies, dit-il. Certains peuvent avoir des engagements professionnels. Dans mon cas, je serai à l'extérieur de la région pendant une partie de la semaine prochaine en raison de mon emploi. Si une réunion est prévue et qu'une autre personne a un engagement du genre, la réunion sera annulée. [...] Ça fait un stress. Il va falloir que chaque membre du conseil fasse un effort pour assister aux réunions. Il va aussi falloir faire concorder nos horaires professionnels, nos vies, nos vacances en fonction de l'horaire du conseil municipal.

Une préoccupation majeure

À la fin de la réunion, le maire Denis Losier a « pété sa coche », selon son expression. Ce qui le met hors de lui, c'est de constater qu'il a de la difficulté à faire comprendre à tous à quel point la situation de Tracadie est délicate. Nous sommes au bord du précipice, a-t-il déjà dit.

Mais quant à la situation dans laquelle la Ville est plongée à la suite de la démission de quatre conseillers, tous semblent être du même avis.

Plusieurs membres du conseil ont des obligations professionnelles, explique le maire. On n'a pas de contrôle sur notre santé ou la maladie. Ce qui est à souhaiter c'est que les membres du conseil puissent être là. On veut quand même que les affaires municipales puissent avancer. Je pense que c'est notre préoccupation majeure.

Denis Losier, maire de TracadieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Denis Losier, maire de Tracadie

Photo : René Landry

Denis Losier explique qu'il a cependant encore quelques cartes dans sa manche.

Dès qu'il y a une réunion ordinaire qui est perdue, ça reporte les choses de deux semaines, fait-il observer. Ce n'est arrivé qu'à une seule reprise depuis le début de mon mandat. [...] On peut toujours faire des réunions extraordinaires s'il y a des choses incroyables sur lesquelles il faut absolument qu'on vote. Par exemple, s'il n'y a personne, on peut organiser une réunion extraordinaire 48 heures après pour que les choses les plus importantes soient faites. On souhaite qu'on soit en mesure de fonctionner.

Nouveau-Brunswick

Politique municipale