•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le crucifix restera accroché à l'hôtel de ville de Lévis

Le crucifix à l'hôtel de ville de Lévis.
Le crucifix à l'hôtel de ville de Lévis. Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie
Radio-Canada

Tout comme la Coalition avenir Québec (CAQ) qui compte préserver le crucifix à l'Assemblée nationale, le maire de Lévis a fait savoir que cet « objet témoin de l'histoire » restera accroché à l'hôtel de ville.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

La CAQ a annoncé mardi que le crucifix de l’Assemblée nationale ne bougera pas durant sa présence au pouvoir. Le porte-parole du gouvernement, le député de Borduas Simon Jolin-Barette, a expliqué que « la position historique de la CAQ est de maintenir le crucifix à cet endroit-là » et qu’il s’agit d’un « objet du patrimoine ».

Lors d’un point de presse mardi avant la séance du conseil de la Ville de Lévis, Gilles Lehouillier a mentionné partager l’argumentaire de la CAQ en soulevant que le crucifix « n’a plus rien à voir avec la religion ».

Le crucifix à l'hôtel de ville de Lévis.Le crucifix à l'hôtel de ville de Lévis. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Selon le maire, l’intention de la CAQ d’interdire le port de signes religieux pour les personnes en situation d’autorité n’affecte en rien la présence du crucifix au-dessus des élus municipaux de Lévis.

« Ce crucifix a toujours été là. Je ne vois pas pourquoi on l’enlèverait du jour au lendemain. Je pense qu’il est là pour rester. Il n’a jamais dérangé personne », a soutenu le maire.

« On va respecter les lois »

Le maire Lehouillier a toutefois précisé que la Ville allait suivre les recommandations de l’Assemblée nationale advenant le cas où un débat sur cette question entrainait un changement de cap de la part du gouvernement.

« Si on nous dit que dans toutes les villes, les crucifix doivent être enlevés, nous, on ne commencera pas à contester une décision qui est prise par l’Assemblée nationale du Québec. C’est ça la démocratie », conclut le maire Gilles Lehouillier.

Québec

Affaires municipales