•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aspirante policière portant le hijab : « Je suis le deadline »

L'étudiante en techniques policière Sondos Lamrhari

Sondos Lamrhari dit avoir fait des démarches avant même d'être admise en techniques policières pour savoir si elle pouvait exercer ce métier tout en portant son voile.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Sondos Lamrhari, première étudiante en techniques policières à porter le hijab au Québec, souhaite rencontrer le premier ministre désigné François Legault pour lui expliquer pourquoi elle veut garder son voile pour exercer son métier. Le chef de la CAQ, qui s'était dit prêt, en avril, à lui expliquer directement la position de son parti, s'est montré de nouveau ouvert à une rencontre, jeudi.

Un texte de Hadi Hassin

Sondos Lamrhari estime que l’arrivée au pouvoir de la CAQ pourrait la contraindre à revoir ses plans de carrière.

En effet, moins de 48 heures après sa victoire, le nouveau gouvernement a réitéré sa volonté d’interdire le port de signes religieux aux employés de l'État québécois en position d'autorité, soit aux juges, aux procureurs, aux policiers et gardiens de prison, comme le recommandait le rapport final de la commission Bouchard-Taylor, mais aussi aux enseignants.

« D’une manière ou d’une autre, ça va avoir un impact sur mon cheminement », affirme l’étudiante du Collège Ahuntsic, qui voit dans la politique caquiste un affront à l'émancipation féminine.

« À partir du moment où on crée un environnement qui n’est pas propice pour que toutes les femmes puissent s’épanouir, on va automatiquement à l’encontre du féminisme », estime la jeune femme de 18 ans.

L’étudiante se dit ouverte à s’asseoir avec François Legault. Elle souhaite le questionner sur « le pourquoi du pourquoi ».

« À travers un dialogue, on peut arranger beaucoup de choses, soutient la cégépienne. On peut trouver des consensus et éclaircir certains points. »

Interrogé par notre journaliste Fannie Olivier en marge du Sommet de la Francophonie à Erevan jeudi, M. Legault s’est toujours montré ouvert à une rencontre avec la jeune femme. Il rappelle que dans cet esprit, il a déjà, par le passé, rencontré des enseignantes voilées.

« C’est sûr qu’il y a des personnes qui n’aiment pas cette restriction, a-t-il convenu, mais on a fait le choix, au Québec, d’avoir un état laïc, et donc je pense que c’est raisonnable, ce n’est pas exagéré de dire : ‘’seulement les personnes en autorité ne pourront pas porter de signe religieux’’ ».

« Ça laisse la place à la grande majorité des employés de l’État qui pourront continuer de porter un signe, à tous ceux qui voudront en porter dans l’espace public », a-t-il sinon fait valoir.

« Mais je peux comprendre qu’il y ait des gens qui ne sont pas d’accord, je suis prêt à les écouter », a-t-il conclu.

Une solution plutôt qu’une bataille

L'aspirante policière serait-elle prête à se tourner vers les tribunaux pour faire valoir ses droits? Sondos Lamrhari se dit optimiste et préférerait ne pas se livrer à une bataille sans merci.

« Je suis une personne qui vit au jour le jour », dit-elle en attendant que la CAQ s’exprime davantage sur la question des signes religieux.

La Charte des droits et libertés de la personne a été créée « pour protéger les citoyens des gouvernements », plaide-t-elle, ajoutant qu’elle s’y référera au besoin.

« Plus on avance avec le temps, plus le pluralisme devient normal, et plus les jeunes côtoient d’autres jeunes issus de communautés différentes », poursuit-elle avec une pointe d’enthousiasme.

Dans moins de deux ans, dans le cours normal des choses, Sondos Lamrhari aura terminé sa formation pour devenir policière. Elle espère pouvoir faire carrière comme policière à Montréal ou à Laval.

Je serai sûrement policière et, d’ici là, il faut trouver une solution. Je suis le deadline.

Sondos Lamrhari

Elle se tournerait ultimement vers la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour pouvoir exercer sa profession tout en portant son voile. « Mais ce serait quand même dommage que je ne puisse pas être policière dans ma propre province », déplore-t-elle.

La GRC autorise le port du voile par ses agentes musulmanes depuis 2016.

« Il faut faire confiance au processus de sélection »

En entrevue, l’étudiante de confession musulmane rappelle que ne devient pas policier qui veut. La question de la neutralité revêtant à ses yeux une grande importance, elle soutient que le port du hijab ne viendra jamais compromettre sa capacité à prendre des décisions.

« Il faut faire confiance au processus de sélection. On ne devient pas policier du jour au lendemain. On passe par un long chemin et on subit des tests psychométriques. Si je ne suis pas faite pour devenir policière, si je ne suis pas faite pour être neutre, on va s’en rendre compte au fur et à mesure que le processus avance, voilée ou non », explique-t-elle.

Depuis que son histoire a fait la une des journaux en avril, Sondos Lamrhari dit avoir eu droit à un soutien indéfectible de la part de plusieurs acteurs du milieu policier.

Un ancien enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), dont l’étudiante a préféré taire le nom, lui aurait dit : « Sois une incontournable, essaye de viser le plus haut possible dans tout ce que tu fais. Ne leur laisse pas le choix de ne pas te prendre. »

Malgré certains commentaires haineux, Sondos Lamrhari dit avoir été submergée de messages positifs sur les réseaux sociaux.

Ses parents, qui auraient préféré la tenir à l’écart des débats, l’encouragent également. « Je leur ai expliqué que je me sentais bien en ce moment. Je ne me sentirais pas mieux si j’enlevais le voile », dit-elle.

Pour les suivantes

Si l’aspirante policière a d’abord revêtu le voile pour « faire comme [sa] maman », le port de ce dernier a pris tout son sens, pour elle, ces dernières années.

« Je me suis renseignée et j’ai réalisé que ça concordait avec mes valeurs et mes principes. Ça me permet de me dissocier des standards que la société nous impose indirectement. Chaque femme porte le voile pour une raison différente. On n’a pas à m’étiqueter comme une femme soumise », soutient-elle.

Le débat actuel a d’autant plus donné une signification supplémentaire à son hijab, en plus d’affirmer son désir de mener à terme un combat pour celles qui voudront faire comme elle.

Si je deviens policière tout en portant le voile, je vais permettre à d’autres femmes derrière moi de le faire sans qu’elles passent par ces embûches.

Sondos Lamrhari

L’étudiante en techniques policières regrette qu’on s’attarde encore à vouloir donner un sens à son voile plutôt que de s’intéresser à la question du vivre-ensemble.

En cours de réflexion

Avant même d’être admise dans le programme, la jeune femme dit avoir « fait des pieds et des mains » afin d’évaluer si elle pourrait devenir policière tout en conservant son hijab. Elle a multiplié les démarches pour obtenir une réponse officielle, en vain.

Il faut dire que l’École nationale de police du Québec (ENPQ) ne s’était encore jamais prononcée sur la question du port des signes religieux au moment où l’histoire de Sondos Lamrhari a fait les manchettes. Le règlement de l’ENPQ n’en fait nullement mention, maintenant ainsi un flou.

L’ENPQ n’est d’ailleurs toujours pas parvenue à rendre une décision dans ce dossier, mais son porte-parole, Pierre St-Antoine, soutient que le processus suit son cours.

Il n'est pas sans rappeler que l’établissement de formation, lui, relève du ministère de la Sécurité publique.

L'arrivée d'un nouveau gouvernement change donc la donne, dans la mesure où la décision devra être prise en fonction des « nouveaux paramètres gouvernementaux », explique M. St-Antoine.

La Commission de formation et de recherche de l’ENPQ doit siéger au mois de décembre pour poursuivre cette réflexion.

Politique provinciale

Politique