•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femmes autochtones disparues ou assassinées : marcher pour se souvenir

Des femmes et des hommes vêtus de rouge marchent en mémoire des femmes autochtones disparues ou assassinées.

La Journée nationale de commémoration pour les femmes autochtones disparues et assassinées avait lieu le 4 octobre.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une cinquantaine de personnes ont marché mardi après-midi en mémoire des femmes autochtones disparues et assassinées. L'événement organisé par la Première Nation de Timiskaming avait lieu dans les rues de la communauté et du village adjacent de Notre-Dame-du-Nord.

Un texte de Tanya Neveu

Tous les participants portaient des accessoires rouges, s'inscrivant dans le mouvement REDress, lancé en 2014.

L'intervenante en prévention de la violence au Centre de santé de la Première Nation de Timiskaming, Martine Morais, explique qu'il est important de raconter les faits aux jeunes et à toute la population.

L'importance aujourd'hui, c'est de sensibiliser toute la population à ce que les femmes autochtones vivent encore aujourd'hui et ce qu'elles ont vécu dans les années passées. Que ce soit la violence ou les meurtres, certaines n'ont jamais été retrouvées, rappelle-t-elle.

Des gens font une marche en bordure d'une route. Une robe rouge accrochée à une clôture est au premier plan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Première Nation de Timiskaming a marché pour les femmes autochtones disparues ou assassinées le mardi 9 octobre.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Le Centre des femmes du Témiscamingue porteur du même message

Des employées du Centre des femmes du Témiscamingue ont tenu à participer à cet événement, par solidarité, comme l'explique l'animatrice communautaire Stéphanie Gérard Côté.

La cause nous tenait vraiment à cœur. On sait qu'il y avait des activités à Val-d'Or. Tout ce qui touche les femmes, le Centre des femmes, on est vraiment solidaires avec toutes les femmes, sans exclusion, souligne-t-elle.

Rappelons que la journée officielle de commémoration des femmes autochtones disparues ou assassinées avait lieu le 4 octobre dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !