•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préoccupés par la criminalité, les électeurs dans Daniel McIntyre veulent parler de sécurité

Une femme avec des lunettes de soleil.

Victime d'un vol à main armé dans son quartier, Samantha Kirton-Houle ne se sent plus en sécurité et voudrait s'installer dans un endroit plus sûr. Elle souhaite que les candidats aux élections municipales discutent de la question de la sécurité.

Photo : Radio-Canada / Rick Clement

Radio-Canada

Selon des électeurs qui ont peur de marcher dans la rue, la nuit tombée, la sécurité devrait être un enjeu électoral dans le quartier Daniel McIntyre de Winnipeg.

« Un homme a pointé un pistolet vers mon mari et moi pour nous voler », raconte Samantha Kirton-Houle, qui habite rue Cumberland. Comme d'autres habitants du quartier, la femme de 28 ans estime que la sécurité est la question prioritaire de cette élection municipale.

Les habitants du quartier Daniel McIntyre auront à choisir entre trois candidats, le 24 octobre. Josh Brandon et Sarowar Miah tenteront de ravir à Cindy Gilroy le siège qu’elle avait gagné en 2014.

Selon la police de Winnipeg, 1036 incidents criminels ont été déclarés dans le quartier Daniel McIntyre, entre le 1er janvier et le 28 septembre 2018.

En comparaison, dans le quartier River Heights-Fort Garry, plus populeux, on a recensé 401 incidents au cours de la même période.

Carlos Gonzalez, âgé de 68 ans, est un habitant de longue date du quartier. Il raconte qu’il y a 20 ans, une personne pouvait laisser sa bicyclette sans cadenas à Central Park, sans craindre qu’elle ne disparaisse.

Selon lui, les policiers se sont améliorés dans les dernières années, mais parfois, ils recherchent les mauvaises personnes.

« Ils ne cherchent pas les méchants. Ils commettent une erreur tout le temps », explique l'homme qui habite rue Spence.

Julio Santos, qui était assis avec Carlos Gonzalez à Central Park, reconnaît lui aussi le problème.

« Il n'y a pas longtemps, un homme âgé a été volé et battu là-bas », explique le jeune homme en pointant vers une rue située à côté de Central Park.

Une carte qui montre les limites du quartier Daniel McIntyre.

Le quartier Daniel McIntyre est situé au centre-ville de Winnipeg, où la sécurité est un enjeu important.

Photo : Radio-Canada

Un quartier imprévisible

« Même pendant le jour, il y a des bagarres », explique Samantha Kirton-Houle.

Elle reconnaît que la police est arrivée 15 minutes après son appel, le jour du vol, mais cela ne suffit pas pour qu'elle se sente en sécurité. Son mari et elle envisagent de quitter le quartier.

« Chaque jour, quand nous sortons, je ne sais pas ce qui va se passer », ajoute Brian George, 31 ans.

« C'est comme ça. C'est ce qui se passe ici. Pour moi, c'est normal. J'ai été élevé ici et je suis assez à l'aise dans les environs », affirme-t-il.

De manière générale, c’est un endroit sûr, mais quand le soleil se couche, ça devient un peu fou ici.

Brian George, habitant du quartier

Selon lui, les gens du quartier doivent régulièrement faire face aux conséquences de la consommation de drogue dans leur communauté.

« Il y a de la drogue partout sur le sol », affirme Ashley Fagnan, la conjointe de Brian George.

« Nous n’amenons jamais notre fille dans les parcs près de la maison parce que c'est toujours sale tout autour », ajoute-t-elle.

Un homme avec une casquette orange.

Brian George et sa conjointe, Ashley Fagnan, ne veulent pas apporter leur fille dans un parc de leur quartier puisqu'ils sont trop sales.

Photo : Radio-Canada

L'itinérance est un problème

Francis Roulette, un autre habitant du quartier, pense que le nombre élevé de personnes en situation d'itinérance est à l’origine des problèmes dans Daniel McIntyre. Il croit que les personnes qui viennent de régions éloignées sont plus sujettes à vivre dans la rue.

« Ils sont coincés ici et il semble que la seule façon de gérer leurs problèmes est de se lancer dans l'alcool ou la drogue. Ils sont incapables de se sortir du cercle vicieux », affirme l’homme de 56 ans.

Il pense qu'un soutien accru aux refuges pourrait aider les personnes qui sont aux prises avec des problèmes de consommation.

Toutes les personnes interrogées ont dit avoir l’intention de voter le 24 octobre.

Carte qui montre les limites des 15 quartiers électoraux de la ville de Winnipeg en vue de l'élection du 24 octobre 2018.

Les 15 quartiers électoraux de la ville de Winnipeg, où l'élection municipale aura lieu le 24 octobe 2018.

Photo : Radio-Canada

Avec des informations de Rick Clement, CBC

Manitoba

Politique municipale