•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le crucifix de l’Assemblée nationale ne bougera pas avec un gouvernement de la CAQ

Un crucifix sur un mur.

Le crucifix de l'Assemblée nationale a été mis en place en 1936.

Photo : ICI Radio-Canada/Bernard Huard

Radio-Canada

Le prochain gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui compte interdire le port de signes religieux aux personnes en situation d'autorité, n'entend néanmoins pas déplacer le crucifix accroché au Salon bleu de l'Assemblée nationale, la Chambre où siègent les députés.

Un texte de Romain Schué (Nouvelle fenêtre), correspondant parlementaire

« La position historique de la CAQ est de maintenir le crucifix à cet endroit-là. Il s’agit d’un objet patrimonial », a expliqué mardi le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, au cours d’un point de presse.

Porte-parole de la CAQ, ce dernier a maintenu la ligne défendue par François Legault. Alors chef de la deuxième opposition, M. Legault avait refusé de discuter d’une telle motion, présentée par Québec solidaire l’an passé.

Durant la campagne électorale, l’aspirant premier ministre avait également assuré que cet objet, mis en place par Maurice Duplessis en 1936 dans le Salon bleu, « est là pour rester ».

N’est-ce pas contradictoire avec le principe de la laïcité de l’État? « Pas du tout, ça fait partie du patrimoine », avait répondu M. Legault le 15 septembre.

Jugeant cette « question accessoire » au débat sur le port des signes religieux, M. Jolin-Barrette a néanmoins confié qu’il y aura « très certainement » des discussions à ce sujet « au sein du Conseil des ministres ».

« Le caucus [de la CAQ] sera consulté », a-t-il ajouté, tout en rappelant la volonté du parti de maintenir ce crucifix à cette place.

La CAQ ouverte à « des discussions » sur les signes religieux

Un gouvernement caquiste pourrait-il finalement permettre à des enseignants de conserver le port d’un signe religieux? Après avoir assuré le contraire la semaine passée, en évoquant de possibles pertes d’emploi pour les récalcitrants, la CAQ a légèrement ouvert la porte à un maintien.

« Notre position, ça a toujours été de dire : ''Écoutez, il n'y a pas de clause de droits acquis''. Cela étant dit, on est prêts à discuter avec les différents partis d'opposition », a indiqué M. Jolin-Barrette.

On veut s'assurer qu'on puisse passer enfin à autre chose, parce que c'est important d'adopter une loi qui va consacrer la laïcité de l'État, mais très certainement on va collaborer avec les partis d'opposition.

Simon Jolin-Barrette, porte-parole de la CAQ

Rappelant que la CAQ vit actuellement une « période de transition », le porte-parole du gouvernement a précisé qu’un prochain ministre sera responsable de ce dossier et des « modalités d’application de la loi ».

« À ce stade-ci, on n’est pas rendus là », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, en ce qui concerne le port de signes religieux pour les juges, M. Jolin-Barrette a souligné qu’en raison de la séparation des pouvoirs, l’application d’une prochaine loi devra être mise en application par le Conseil de la magistrature, qui « suit les règles » législatives.

La CAQ souhaite faire appliquer les recommandations du rapport Bouchard-Taylor, rendu public en 2008. Celui-ci préconise l'interdiction du port de signes religieux pour les juges, les policiers, les gardiens de prison et les procureurs.

Le parti compte inclure les enseignants dans ce projet de loi.

Le PQ ne veut pas de congédiement

« On considère que l’État doit être laïque », a réagi le nouveau chef par intérim de l'aile parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, ajoutant qu'il attendrait le texte de loi pour commenter davantage la question.

« On ne veut pas que personne soit congédié, alors on ne voit pas pourquoi les enseignants, les enseignantes seraient congédiés », a-t-il cependant mentionné.

L'interdiction du port de signes religieux par certains employés de l'État a été dénoncée par près de 3000 personnes qui ont manifesté dimanche dans les rues de Montréal. Cet événement ne fera pas reculer la CAQ, a prévenu M. Jolin-Barrette.

« Les gens ont le droit de manifester. Les gens ont le droit de faire valoir leur opinion, a commenté l'élu. La CAQ a obtenu un mandat fort, un mandat majoritaire, pour notamment régler cette question des signes religieux. Ça reflète le consensus québécois de l’ensemble des concitoyens. »

Un débat inutile, selon Jean Chrétien

Simon Jolin-Barrette n'a que brièvement commenté les propos de l'ex-premier ministre Jean Chrétien qui a déclaré lundi, dans une entrevue à La Presse canadienne, que la classe politique québécoise est « prise au piège » des accommodements envers les minorités religieuses, un problème inexistant, selon lui.

« Nous respectons les propos de M. Chrétien. Cela étant dit, nous avons obtenu un mandat majoritaire, appuyé fortement par la population pour régler cette situation. Alors notre objectif est toujours le même : s’assurer que les personnes en situation d’autorité ne portent pas de signes religieux, et d’intégrer la laïcité comme valeur fondamentale de l’État québécois », a répondu le député de Borduas.

« Alors nous remercions Chrétien, mais nous irons de l’avant avec le plan que la CAQ a proposé », a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique