•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Port de Montréal embauchera plus que prévu

Vue aérienne d'une partie du Port de Montréal.
Le Port de Montréal se porte bien. Photo: Radio-Canada/Simon-Marc Charron
La Presse canadienne

Le Port de Montréal embauchera 50 nouveaux travailleurs d'ici 2019, une initiative qui, selon l'Association des employeurs maritimes, a été motivée par la conclusion du nouvel accord commercial entre les États-Unis, le Mexique et le Canada.

Selon le président de l'Association des employeurs maritimes, Stéphane Morency, l'accord trilatéral dévoilé la semaine dernière et destiné à remplacer l'Accord de libre-échange nord-américain « donne une prévisibilité au marché » et pave la voie à un trafic de conteneurs plus important.

Les nouveaux postes s'ajoutent aux 65 emplois annoncés le mois dernier, à la suite de l'intensification des échanges commerciaux avec l'Union européenne un an après la signature de son accord de libre-échange avec le Canada.

M. Morency a précisé que les 115 nouveaux travailleurs représentaient un investissement de 15 millions $ des employeurs du port, soit environ 130 000 $ par employé.

Je n'ai jamais vu autant de personnes recrutées en un mois.

Le président de l'Association des employeurs maritimes, Stéphane Morency

L'augmentation de l'activité des quais déjà en cours provient en partie des importations européennes de produits alimentaires et de métaux, allant du vin et du fromage aux poutres en acier, a-t-il précisé.

Le trafic de conteneurs a augmenté de 9,5 % au cours des huit premiers mois de 2018, par rapport à la même période de l'année précédente, a indiqué le Port de Montréal.

L'accord commercial historique entre l'Asie et le Pacifique, signé en mars par le Canada et 10 autres pays, stimulera également le commerce, a déclaré la présidente de l'Administration portuaire de Montréal, Sylvie Vachon.

Si nous nous tournons vers l'avenir, nous verrons certainement une augmentation de notre trafic avec l'Asie.

La présidente de l'Administration portuaire de Montréal, Sylvie Vachon

Selon les chiffres du port, le trafic d'ensemble pour les huit premiers mois de 2018 a en fait diminué de 2,7 % par rapport à l'année précédente, pour passer à 24,14 millions de tonnes.

La chute du transport en vrac, en particulier des exportations de céréales, a provoqué cette baisse, a expliqué Pierre-Yves Boivin, vice-président de la fédération qui représente les chambres de commerce du Québec.

L'autorité portuaire espère ouvrir un autre terminal à conteneurs à Contrecoeur, sur la Rive-Sud, afin de répondre à la croissance du marché, qui a augmenté de 14 % en quatre ans, pour atteindre l'équivalent de 1,54 million de conteneurs de 6 mètres en 2017.

Le port a complété en janvier une étude d'impact environnemental en vue de la réalisation du projet.

Selon l'administration portuaire, la valeur des marchandises qui transitent chaque année par le port de Montréal est d'environ 41 milliards $.

Grand Montréal

Emploi