•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'environnement s'impose dans les élections municipales de Guelph

Grand bâtiment avec beaucoup de fenêtres vu en contre-plongée. On voit une étendue d'eau en face de l'édifice.
L'hôtel de ville de Guelph, en Ontario. Photo: Radio-Canada / Colin Côté-Paulette
Radio-Canada

Les deux candidats à la mairie de Guelph, en Ontario, ont fait des promesses électorales liées à l'environnement qui sont centrales dans leurs plateformes.

Un texte de Colin Côté-Paulette

C'est dans cette ville que le premier député de l'histoire du Parti vert a été élu, lors des dernières élections provinciales en juin.

« Je crois que l’enjeu principal à Guelph est le développement durable, parce que la population doit augmenter de 30 000 d’ici 2031, selon la Loi sur les zones de croissance de l'Ontario », exprime la candidate au poste de maire, Agnieszka Mlynarz.

Cette dernière veut notamment mieux protéger l'eau de l'aquifère, une des principales sources d'eau potable de la ville.

On voit une pancarte à l'entrée de l'hôtel de ville sur laquelle est inscrit ''Guelph City Hall". Un homme marche derrière. Entrée de l'hôtel de ville de Guelph sur une des rues principales de la municipalité, Carden. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

La candidate a d'ailleurs préféré utiliser du bois au lieu du plastique pour la fabrication de ses pancartes électorales. Une cinquantaine de pancartes portant l'inscription « Aggie for Mayor » ont été installées dans la municipalité.

« Initialement, les gens se demandaient si mon nom allait pouvoir circuler sans pancartes traditionnelles », raconte Mme Minyarz.

L'initiative lui a plutôt fait gagner de l'attention. Des supporteurs de la candidate ont même fabriqué quelques pancartes à partir de bois recyclé de leur propre chef.

On voit plusieurs pancartes par terre dans un bureau. Elles sont toutes faites en bois. Quelques pancartes en bois de la candidate à la mairie de Guelph, Agnieszka Mlynarz. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Le maire sortant, Cam Guthrie, seul autre candidat à la mairie, a également inclus des mesures vertes dans sa plateforme.

Selon son site web, M. Guthrie dit vouloir bannir l'utilisation de matériel en plastique jetable, comme les pailles, les bouteilles d'eau et les sacs dans les propriétés de la ville. C'est également sur son site web qu'on découvre qu'il a l'intention de protéger et d'aggrandir la forêt urbaine et la canopée de Guelph.

Le politicien a toutefois refusé de nous accorder une entrevue.

Plusieurs rangées de panneaux solaires sur un toit. On peut voir au loin des arbres de Guelph à l'horizon. L'entreprise immobilière Skyline, dont le siège social est basé à Guelph, installe des panneaux solaires sur le toit de ses immeubles afin d'économiser l'énergie. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Une communauté historiquement verte

Selon Evan Ferrari, le directeur de l'organisme eMerge Guelph Sustainability, les résidents de Guelph sont des « citoyens engagés » dans la cause environnementale. Et certaines statistiques semblent lui donner raison.

L'objectif de la Ville de Guelph en matière de consommation d'eau est relativement ambitieux : la mairie souhaite que chaque citoyen réduise sa consommation quotidienne d'eau à 167 litres. La moyenne canadienne s'élevait à 251 litres par personne par jour en 2011 selon Statistique Canada.

La Ville offre aussi des incitatifs financiers pour que les gens utilisent moins d'eau : depuis 2003, 50 $ est donné aux résidents qui remplacent leurs cuvettes de toilette de six litres pour des cuvettes de 4,8 l.

On voit l'arrière d'une voiture avec un fil qui la relie à une borne électrique. Un homme roule le fil.Un homme branche sa voiture électrique Tesla à Guelph. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Michael Craig, de l'entreprise Backyard Bok Bok, croit de son côté que les résidents de Guelph sont en phase avec la terre. « Je ne sais pas si c’est à cause du passé agricole et de la proximité de Toronto, mais Guelph attire plein de gens avec une mentalité écologique », dit-il.

On a une façon différente de vivre ici. On se fait confiance, on coopère.

Michael Craig, résident de Guelph
Un petit poulailler avec des poulets sur du gazon devant un bâtiment urbain. Une des installations temporaires de Backyard Bok Bok, dans une résidence pour personnes âgées à Guelph. Photo : Courtoisie Backyard Bok Bok

Son entreprise loue d'ailleurs des poules et des poulaillers à des familles qui veulent héberger des poules urbaines durant l'été. « Les gens adorent ça. C’est super pour les enfants aussi », ajoute-t-il.

Toronto

Politique municipale