•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changements climatiques dans les Prairies : les agriculteurs doivent s'adapter, disent les spécialistes

Dans un verger enneigé, une femme montre des feuilles sur de petits arbres. Une machine agricole est à l'arrêt, en arrière plan.

Après un été sec, les feuilles et les fruits des cerisiers du verger de Sylvia Kreutzer sont plus petits que d'habitude.

Photo : Radio-Canada / Zoé Clin

Radio-Canada

Des étés de plus en plus secs, des hausses de températures inhabituelles ou encore des champs inondés, bien des bouleversements météorologiques sont à prévoir en Saskatchewan d'ici 50 ans et changeront la vie des agriculteurs, prédisent les scientifiques. Ces changements climatiques touchent déjà l'exploitation agricole de Sylvia Kreutzer, dans une vallée au nord de Regina. Cette mère de famille tente cependant d'assurer l'avenir de son verger.

« On a ramassé 10 % de la récolte habituelle », déplore Sylvia Kreutzer en regardant le verger d'environ 6000 arbres qu’elle et son mari, Dean, ont plantés il y a 20 ans. Le couple produit des fraises, des framboises, des mûres, des abricots et des cerises biologiques. Ils les vendent tels quels ou les transforment en vins, en confitures et en coulis.

Debout dans la neige, l'agricultrice inspecte les feuilles des cerisiers. Celles qui ont survécu au manque d'eau sont encore vertes sous les flocons fraîchement tombés en ce début d’octobre.

Une année, il peut y avoir beaucoup de fruits, puis l’année suivante, il n’y a pas de fruits du tout.

Sylvia Kreutzer, agricultrice

La météo est une composante primordiale du succès de son entreprise, explique du Sylvia Kreutzer. C'est le cas notamment parce que les fleurs des arbres sont très délicates et que les périodes de fécondation sont très courtes.

Changement climatique : une chance ou un fléau?

Sylvia Kreutzer explique que la sécheresse de l'été 2018 a rendu les feuilles et les fruits beaucoup plus petits qu'à l’habitude.

Les deux étés passés étaient des étés sans pluie. [Cette année] on a commencé avec deux mois sans pluie.

Sylvia Kreutzer, agricultrice

La production a dû être récoltée rapidement pour éviter qu’elle ne soit dévorée par la faune sauvage affamée, explique l'agricultrice. Quand il fait sec comme cet été, dit-elle, les animaux sauvages ont du mal à trouver de quoi se nourrir dans la nature.

Le froid tardif du printemps dernier a aussi fait perdre beaucoup d’argent à la famille Kreutzer.

On a vraiment besoin de changer ce qu’on fait dans le verger parce que le climat a changé la donne.

Sylvia Kreutzer, agricultrice

Au total, le couple d’agriculteurs a perdu 6000 fraisiers cette année. Il n'a pu récolter presque aucune fraise, alors que ce fruit est l'un des produits phares de son exploitation.

Pour l'expert en changement climatique David Sauchyn, le dérèglement du climat pourrait toutefois être une chance pour les agriculteurs. Le professeur de l'Université de Regina souligne que la hausse des températures allongera la période hors gel, ce qui sera bénéfique pour la croissance des plantes.

[Les scientifiques] ne disent pas que la Saskatchewan sera plus chaude, mais qu’elle sera beaucoup moins froide.

David Sauchyn, directeur du Prairie adaptation research collaborative

Par contre, souligne-t-il, les agriculteurs devront s'adapter aux sécheresses plus intenses, aux pluies plus abondantes et à la recrudescence de maladies.

L’heure des décisions

Comme les événements climatiques deviennent plus intenses en Saskatchewan, Sylvia et Dean Kreutzer savent qu'ils devront faire des choix difficiles.

Ainsi, pour leur production de vins, de coulis et de confitures, ils songent à acheter des fruits provenant d’autres vergers. Ils cherchent aussi de nouvelles façons de stocker l'eau de pluie pour se protéger des prochaines sécheresses. Ils vont creuser un réservoir et ajouter des gouttières sur les toits pour la récupérer.

En collaboration avec l’Université de la Saskatchewan, Dean Kreutzer élabore également de nouvelles variétés d’arbres fruitiers. L’objectif est d’avoir des plantes mieux adaptées aux évolutions climatiques de la province. Le couple est cependant bien conscient que le processus pour remplacer tous les arbres de son verger après deux décennies pourrait être très long et difficile.

Environnement