•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections scolaires : des candidats francophones se disent désavantagés par rapport aux anglophones

Geneviève Oger fait campagne dans un parc. La candidate au conseil scolaire Viamonde pour Toronto Ouest informe les parents de ses priorités. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les défis sont nombreux pour les nouveaux candidats qui briguent un siège au sein d'un conseil scolaire francophone.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

La nuit tombe sur la ville de Toronto et Thomas Guillot attend patiemment les parents venus assister à la soirée curriculum du Collège Français.

Le candidat de Toronto Centre qui en est à ses premiers pas en politique arpente le trottoir devant l’école avec ses dépliants fermement en main.

Thomas Guillot, candidat dans Toronto Centre pour Viamonde, discute de son programme électoral avec un parent. Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Le Conseil scolaire Viamonde a adopté de nouveaux règlements en février qui lui interdisent notamment d’approcher les parents sur le terrain des écoles.

Y'a peu de réseaux qui nous permettent de joindre tout le monde. Ça c'est vraiment difficile.

Thomas Guillot, candidat dans Toronto Centre

Ces mesures ne sont pas uniques à Viamonde. La province de l’Ontario a demandé à tous les conseils scolaires francophones et anglophones de préciser l’utilisation de leurs ressources durant la période électorale.

Portrait d'une femme entourée de verdure.Geneviève Oger, candidate dans Toronto Ouest pour Viamonde, souligne que c'est difficile pour les parents de trouver des informations sur les candidats aux élections scolaires. Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Geneviève Oger, qui brigue le siège de Toronto Ouest pour la première fois, déplore l’application stricte des règlements de Viamonde.

Par exemple, selon la candidate, le conseil scolaire ne permet pas que des débats, auxquels seraient invités tous les candidats, se tiennent dans leurs écoles.

Ce sont nos écoles, les écoles de la communauté.

Geneviève Oger, candidate dans Toronto Ouest

Mme Oger souligne que les candidats francophones sont désavantagés par rapport à leurs homologues anglophones.

Photo : Radio-Canada

Ceux-ci peuvent tenir des débats dans leurs écoles et faire campagne aux côtés d’un conseiller municipal.

Par ailleurs, les secteurs électoraux anglophones sont au moins quatre fois plus petits, ce qui rend le porte-à-porte plus facile.

Les secteurs électoraux du Conseil scolaire Viamonde pour les élections de 2018 Photo : Radio-Canada / Viamonde

Youssouf Kalogo se présente comme conseiller scolaire pour Viamonde dans le secteur de Toronto Est.

un homme noir devant une école.Youssouf Kalogo, candidat dans Toronto Est pour Viamonde, s'est engagé dans cette campagne parce qu'il croit au principe des écoles équivalentes pour les élèves francophones. Photo : Radio-Canada

Selon lui, il est difficile pour un nouveau candidat de joindre les parents. Il a aussi peu de visibilité comparativement au conseiller scolaire en poste qui sollicite un deuxième ou un troisième mandat.

Cette visibilité consiste à envoyer des messages régulièrement pour informer les parents de ce qui se passe.

Youssouf Kalogo, candidat dansToronto Est

Le Conseil scolaire Viamonde a approuvé le 23 février 2018 des règlements pour assurer son impartialité lors des élections scolaires.

La section 1.3.1.4 stipule :

« Entre le 15 août et le jour du vote de l'année d'élection scolaire, le Conseil, dans la mesure du possible, évite de faire des annonces ( p. ex., ouverture, agrandissement, ou construction d'école) qui pourraient être perçues comme favorisant le membre du Conseil en poste, si ce membre se présente pour réélection. »

Or en octobre, le président du Conseil scolaire Viamonde a affiché ce message sur la page Facebook des parents de l'École Charles-Sauriol.

une bande FacebookAnnonce faite sur Facebook. Photo : Radio-Canada

Puis il y a aussi ces messages concernant le début des travaux de construction de l'Académie de la Moraine qui semblent aller à l'encontre du règlement.

Ce n'est pas une nouvelle annonce avec laquelle les élus peuvent se faire du capital politique, selon Claire Francoeur, directrice des communications pour Viamonde.

Cette pelletée de terre vient clôturer quatre années d'activités dans le cours normal des choses.

Claire Francoeur, directrice des communications pour Viamonde

Mme Francoeur ajoute qu'en septembre, Viamonde a annoncé l'ouverture d'une nouvelle école à Welland et que cette nouvelle n'a causé aucun remous.

La situation à Welland est différente. La conseillère scolaire de cette région, Véronique Emery, a été déclarée en août réélue sans opposition pour 2018-2022.

Viamonde souligne que les règlements permettent aux conseillers d'exercer leurs fonctions pendant la campagne comme en temps normal.

Néanmoins, 2018 est une année électorale et tous les conseillers scolaires en poste à Viamonde sollicitent un autre mandat.

Le dernier mot appartient aux électeurs. Ils décideront qui a leur vote le 22 octobre.

Toronto

Éducation