•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'inquiétude persiste à Saint-Jean après l'explosion à la raffinerie Irving

Des cheminées d'une raffinerie enveloppée par la brume, d'où aucune fumée ne s'échappe.

Le silence et la brume enveloppent la raffinerie Irving de Saint-Jean au lendemain d'une violente explosion.

Photo : Radio-Canada / Pierre Richard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les questions persistent à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, au lendemain de l'explosion qui a secoué la raffinerie Irving lundi. Les résidents sont loin d'être rassurés, alors que les dirigeants d'Irving Oil tentent toujours de comprendre précisément ce qui s'est passé.

Même si l'explosion n'a fait que cinq blessés mineurs, l'inquiétude est toujours palpable chez les citoyens. Richard Dean vit aux abords de la raffinerie depuis 28 ans. Malgré lui, il était aux premières loges lorsque l'explosion a retenti. Ça a fait trembler la maison, raconte-t-il.

Un homme à l'air sérieux est à l'extérieur de sa maison, avec une raffinerie de pétrole à l'arrière-plan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Richard Dean a été aux premières loges lorsque l'explosion s'est produite à la raffinerie Irving à Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Léger

[La raffinerie] est juste là, elle occupe toute ma fenêtre.

Une citation de : Richard Dean

Richard Dean et sa femme ont décidé de quitter leur domicile par précaution. Ils auraient dû nous évacuer!, tranche-t-il. Il déplore le manque de communication des autorités à la suite de l'explosion.

Lana Crowe n'est guère plus tranquille. Je me demande si ça va arriver à nouveau, dit-elle. Il n'y aucune garantie quand vous avez une raffinerie dans la cour arrière de votre maison.

Reprise partielle des activités

En attendant, l'entreprise annonce que le travail reprendra progressivement à partir de mardi soir.

« Nous prévoyons de réintégrer l’équipe remise en état de nuit sur le site dès ce soir. Le retour complet des effectifs sera discuté à ce moment-là », a fait savoir Irving Oil dans un message Twitter.

La compagnie précise que des mesures ont permis de déterminer que la qualité de l'air était bonne à l'usine. Elle affirme que la raffinerie est sécuritaire et que le secteur où s'est produite l'explosion a été « isolé et sécurisé ».

Un incendie est vu au loin, derrière des bâtiments, et une colonne de fumée noire s'élève dans le ciel.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une explosion majeure s'est produite lundi matin à la raffinerie Irving de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Reuters / Michael Hawkins

L'entreprise poursuit toutefois son enquête sur l'accident, de concert avec les autorités provinciales. Lors d’un point de presse lundi, Kevin Scott, le responsable du raffinement et de l’approvisionnement chez Irving Oil, a expliqué que l'explosion était survenue à la suite d'un dysfonctionnement des machines qui retirent le soufre du diesel. Des examens plus approfondis devront être effectués pour comprendre comment ce dysfonctionnement a pu se produire.

L'explosion a retenti à 10 h 16. Elle a été ressentie par plusieurs résidents de Saint-Jean. Un panache de fumée noire et de hautes flammes ont découpé le ciel pendant une partie de l'avant-midi.

La production de 320 000 barils par jour est interrompue depuis l'accident. Il est encore trop tôt pour savoir si cela aura un impact sur les prix du carburant, mais des experts s'attendent à des fluctuations de prix mineures.

Un peu plus de la moitié de la production de l'usine est destinée à l'étranger.

Une révision nécessaire, selon le maire Darling

Le maire de Saint-Jean, Don Darling, a réaffirmé mardi qu’il y aura des discussions avec Irving Oil, une fois la gestion de la crise terminée. Il veut étendre ce dialogue à toutes les industries de la ville.

Un homme debout avec des réservoirs de pétrole en arrière-plan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, Don Darling

Photo : Radio-Canada / Pierre Richard

Les résidents veulent des changements. C'est sécuritaire maintenant, mais il y a des travaux pour nous à faire dans les semaines prochaines.

Une citation de : Don Darling, maire de Saint-Jean

Ce n'est pas le premier incident à la raffinerie qui trouble la quiétude de la ville. En janvier, une fuite de butane qui a pris quatre heures avant d'être détectée a forcé l'évacuation d'un peu plus de 80 résidents.

Sur Twitter, Irving Oil a dit « regretter » l'explosion de lundi et l'impact qu'elle a eu sur tant de membres de la communauté.

Le maire Darling affirme que les « incendies et explosions » ne doivent pas devenir la norme, dans sa municipalité. Il s'agit d'accidents, mais on ne peut permettre que de tels accidents deviennent routiniers pour les Saint-Jeannois.

Il a d'autre part promis une révision en profondeur de la façon dont la ville a géré la crise, y compris sur le plan des communications avec les citoyens. Il s'est écoulé un certain temps lundi avant que la ville ne commence à renseigner la population au sujet de l'explosion et de ses répercussions.

Sécurité

La sécurité des raffineries de pétrole ne fait pas l’objet d’une grande attention au Canada, déplore le professeur agrégé à l’Université de Regina en santé et sécurité au travail, Sean Tucker, en entrevue à La Presse canadienne.

Il faut porter plus d'attention aux raffineries, allègue-t-il, et cela va entraîner une meilleure sécurité pour les quartiers résidentiels qui les avoisinent.

Le professeur à l'Université de Régina, Sean Tucker. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon le professeur de relations industrielles à l'Université de Regina Sean Tucker, les entreprises pétrolières sont très puissantes et leur influence est grande dans les juridictions comme le Nouveau-Brunswick.

Photo : ICI Radio-Canada

Les grandes sociétés pétrolières ont aussi beaucoup d’influence dans les petites provinces, comme le Nouveau-Brunswick, constate M. Tucker.

Ce qui me préoccupe, c'est qu'il existe un déséquilibre de pouvoir entre le régulateur et ces grandes entreprises.

Une citation de : Sean Tucker, professeur agrégé à l’Université de Regina

Le vieillissement des infrastructures peut aussi poser problème, soutient le professeur. Il est toutefois dans l’intérêt des entreprises de veiller à leur sécurité pour éviter des pertes de revenus, estime-t-il.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !