•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une trentaine de locataires doivent évacuer un immeuble insalubre du Plateau Mont-Royal

Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Radio-Canada

La Ville de Montréal a ordonné à une trentaine de locataires du 1150 Marie-Anne Est, sur le Plateau Mont-Royal, d'évacuer leur logement au plus tard le 17 octobre, car le système de chauffage central de leur immeuble de cinq étages ne fonctionne plus depuis près d'une semaine.

Un avis d’évacuation leur a été remis jeudi dernier par la Ville, qui craint pour la santé et la sécurité des occupants.

Après avoir envoyé plusieurs avis au propriétaire faisant état d’un immeuble insalubre, mais en l’absence de réaction de ce dernier, la Ville avait d’abord ordonné des travaux d'extermination à la fin septembre, en raison de la présence de coquerelles et de punaises de lit. Elle avait ensuite envoyé la facture au propriétaire.

L'immeuble a été vendu depuis moins de deux semaines, et devant l’inaction du nouveau propriétaire, la Ville a décidé d’utiliser une méthode plus drastique, pour le forcer à effectuer les travaux que nécessite l’immeuble.

En plus de l’absence de chauffage et d’eau chaude, les locataires sont également aux prises avec des problèmes d’infiltration d'eau et de moisissures.

« À partir du 17 octobre, les logements seront condamnés. On va cadenasser l'immeuble. Évidemment, c'est une perte de revenus très importante pour le propriétaire. Cette pression financière pourra peut-être faire changer [les choses] et [permettre d’] obtenir la coopération qu'on souhaite du propriétaire », précise Philippe Sabourin, le porte-parole de la Ville de Montréal.

Le plancher du sous-sol est imbibé d'eau.

Le sous-sol de l'immeuble a des problèmes de fuites d'eau.

Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Les locataires sont inquiets

Bien qu’ils n’apprécient pas les conditions d’insalubrité de leurs logements, plusieurs des résidents de l’immeuble, dont beaucoup sont retraités ou sur l’aide sociale, préféreraient pouvoir y rester.

« Ils nous ont fait payer le 1er [octobre], puis le 2, ils viennent nous mettre des pancartes dans la face : vous êtes dehors. Au lieu de nous laisser notre loyer au moins », déplore l’un des locataires, Marc Giard.

Certains ne savent toujours pas où ils habiteront dans 10 jours. La Ville les invite à contacter l'Office municipal d'habitation, qui devrait les aider à se trouver un nouveau logement.

« Je n'ai pas trouvé d'appartement, rien. Je n'ai pas d'argent, je suis sur le bien-être. On dirait qu'ils en profitent dans ce temps-là. Je suis fatiguée », commente pour sa part une autre locataire, Carole Pigeon.

Plusieurs résidents de l’immeuble craignent aussi que le propriétaire ne profite de leur évacuation pour transformer l'immeuble en appartements de luxe.

Radio-Canada n’a pas réussi à rejoindre le nouveau propriétaire, Mahir Ozdilek.

D'après des reportages d'Olivier Bachand et de Benoît Chapdelaine

Société