•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

40e anniversaire de la mort de Jacques Brel : son héritage

Jacques Brel en entrevue à la télévision en février 1972.
Jacques Brel en entrevue à la télévision en février 1972 Photo: Getty Images / Roger Picard
Agence France-Presse

Pour célébrer les 40 ans de sa disparition, survenue le 9 octobre 1978, Jacques Brel fait l'objet de toute une série de publications : CD, DVD et diffusion au cinéma de concerts, sans oublier une pléthore de livres biographiques.

Un nouveau coffret est déjà sorti en Europe. Il réunit la totalité des enregistrements studio et en direct. Plus de 310 titres sont proposés sur 21 CD, avec des versions différentes de nombreuses chansons, de ses débuts discrets dans les kermesses et cabarets bruxellois jusqu'à ses adieux à la scène. Le montage en haute définition a été réalisé à partir des bandes originales. Le coffret inclut un livre souple de 48 pages illustré avec une sélection d'interviews, d'échanges, de rencontres et de conversations.

Ce vendredi paraîtra également Brel, un album de reprises des chansons du monstre sacré par une autre grande voix belge, Maurane. La chanteuse, disparue à 57 ans en mai, n'avait pas tout à fait fini l'enregistrement de ce disque pour lequel elle avait prévu de faire son retour sur scène. Mais finalement, 12 titres en sont sortis, parmi lesquels Vesoul, Quand on n'a que l'amour, Ne me quitte pas et d'autres moins connus.

Maurane interprète une chanson aux Victoires de la musique, à Paris, en mars 2010.Maurane en prestation aux Victoires de la musique, en 2010 Photo : Getty Images / François Durand

Les versions restaurées de deux concerts de Jacques Brel, celui de Knokke-Le-Zoute en 1963 et ses adieux à l'Olympia à Paris en 1966, seront projetées dans 170 salles de cinéma en France, en Belgique et en Suisse mardi.

Dans les librairies, une floraison d'ouvrages consacrés à Jacques Brel sont sortis ces dernières semaines. Une nouvelle édition revue et augmentée de Brel, la valse à mille rêves (L'archipel) d'Eddy Przybylski fait figure de biographie de référence pour qui veut connaître l'artiste et l'homme, nourrie par plus de 150 témoignages.

Dans On ne vit qu'une heure (Seuil), l'écrivain David Dufresne raconte Brel à travers le prisme des gens qu'il chantait si bien. Le récit est agrémenté d'entretiens rares et d'anecdotes sur le chanteur.

Comme l'indique son titre, Jacques Brel en 40 chansons (Hugo Image) de Bruno Brel, Stéphane Loisy et Baptiste Vignol propose de mieux connaître l'auteur à travers ses créations, avec l'éclairage de son neveu Bruno.

Le voyage au bout de la vie de Fred Hidalgo (L'archipel) évoque dans une édition augmentée Brel dans sa vie après avoir délaissé la chanson, lorsqu'il a parcouru les mers et les airs jusqu'à s'installer à la fin de son existence aux îles Marquises.

Pour les admirateurs, Brel est un recueil de photographies d'Alain Marouani qui a été son collaborateur pour les pochettes de ses disques.

Parus au printemps, Jacques Brel auteur et Jacques Brel chanteur, de sa fille France Brel, réunit tous les textes chantés, inédits, des citations, scénarios et billets radiophoniques agrémentés de commentaires.

Jacques Brel vu par la jeune garde française

Ils n'étaient pas encore nés quand Jacques Brel est mort. Figures montantes de la scène française, la rappeuse Aloïse Sauvage, le leader de Feu! Chatterton Arthur Teboul ainsi que le chanteur et guitariste de Radio Elvis Pierre Guénard évoquent ce monstre sacré de la chanson.

« Il est une référence, indéniablement. Ce qui m'inspire, c'est sa façon de délivrer ses mots devant le public. Il touche une certaine forme de grâce tellement son interprétation semble pure et vraie » , explique Aloïse Sauvage, en charge de la création aux prochaines Trans musicales de Rennes (du 5 au 9 décembre) où elle défendra son album Aphone.

La jeune femme est sur scène et chante.La rappeuse française Aloïse Sauvage en concert à La Rochelle le 12 juillet 2018 Photo : AFP/Getty Images / XAVIER LEOTY

« J'aime beaucoup sa façon d'incarner les chansons, autant que son écriture sans complaisance. S'il y a tant de virulence dans Les bourgeois, c'est parce qu'il essayait aussi de débusquer le bourgeois en lui. Qui dit bourgeois dit confort, s'arrêter, se satisfaire des éloges. Tout ce qu'il fuyait », dit Arthur Teboul, actuellement en tournée avec Feu! Chatterton qui a sorti son deuxième album, L'oiseleur, en mars.

« Son écriture me plaît autant que le personnage. À la fin de sa vie aux îles Marquises, il livrait le courrier en avion. C'est le genre de parcours que j'aimerais avoir, faire différentes choses et prendre la chanson comme quelque chose de normal », explique Pierre Guénard dont Ces garçons-là, le deuxième album avec Radio Elvis, sort le 9 novembre.

« Son écriture brille par sa sobriété et sa simplicité, tout en délivrant quelque chose de très profond, dense et spirituel. Mais, on ne peut pas dissocier le poète de l'interprète. Pourquoi on aime autant ses mots justes? Parce qu'il les incarne de cette manière », soutient Arthur Teboul.

« Son point noir, c'est sa misogynie, estime Arthur Guénard. À la fin de La ville s'endormait, on sent vraiment le problème de Brel avec les femmes. Il a un côté un peu barré sur certaines choses. Il y a de quoi déconstruire le mythe. C'est une personnalité très paradoxale qui a une part moins belle que ce qu'on imagine. Il pouvait être aussi courageux pour certaines choses que lâche pour d'autres. »

Musique

Arts